Fuck it, ou le pouvoir de l’indifférence

Avec le temps les idées deviennent des apparences d’idées. On les redessine comme des dessins de caricature, en grossissant les traits disposant du plus grand potentiel comique. Ainsi le Bouddhisme devient-il une doctrine de mollesse paresseuse. L’existentialisme un synonyme de pessimisme apathique à vous en rendre fou un vendeur de tapis. Quand au stoïcisme il n’est plus qu’un mot, qui figure l’endurance constipée du malheureux qui se paye l’électroménager lors du déménagement. Une philosophie rude de la tolérance des pires adversités.

De nos jours le stoïcisme est une insulte au culte de la coolitude ironique, et manque de surcroit de l’exotisme trendy des spiritualités orientales. Bref: c’est chiant du genre de chiant des vieux principes à la papa. Ce qui est ignorer que le stoïcisme est basiquement la solution aux casses-tête moraux de notre époque.

La transcendance sans délire religieux, le recul imperturbable. Un ancrage moral compatible avec l’intelligence. La tranquillité de l’esprit par la gratitude. Pas la gratitude insipide du bisounours: la gratitude musclée d’un éclat de rire face à l’adversité. Un bienveillant « fuck it all« .

La vérité c’est que l’indifférence est un pouvoir, sélectivement appliquée, et que vivre ainsi rend plus libre, expansif, et aventureux. La joie et le chagrin sont toujours là, mais tempérés, et par cette tempérance moins tyranniques.

C’est ainsi vivre en accord avec les mécanismes naturels de la psychologie.  Par exemple: vous ne pouvez pas pleurer sur le Darfour et les poulets en batterie et la pollution et… C’est irraisonnable. Et ne résout rien. Porter la douleur du monde sous prétexte d’empathie est une impasse. A l’inverse ne pas se soucier de ces problèmes est un comportement grotesque. Votre cerveau est ainsi fait, beauté de l’évolution, pour se concentrer sur les actes opérants et pragmatiques. Parce que c’est ce qui marche. La solution rationnelle est de pouvoir vivre sans se laisser envahir par des choses sur lesquelles vous ne pouvez rien pour mieux se concentrer sur ce que vous pouvez faire. L’indifférence mène à l’apaisement, l’apaisement mène à ménager le terrain pour l’action, l’action mène à la véritable bienveillance: du like stérile à l’acte réel.

Ci dessus un grand maître stoïcien. Yoda a tout pompé sur Marc Aurèle, en vrai

Ci dessus un grand maître stoïcien. Yoda a tout pompé sur Marc Aurèle, en vrai

Mais intéressons nous à la définition du stoïcisme sur l’urban Dictionary:

« Stoic: Someone who does not give a shit about the stupid things in this world that most people care so much about. Stoics do have emotions, but only for the things in this world that really matter. They are the most real people alive.
Group of kids are sitting on a porch. Stoic walks by.
Kid – ‘Hey man, yur a fuckin faggot an you suck cock!’
Stoic – ‘Good for you.’
Keeps going. »

(Stoique: quelqu’un qui se contrefout des conneries à propos desquelles la plupart des gens se préoccupent tant. Les stoiques ont des émotions, mais uniquement pour ce qui importe. Ce sont les personne les plus réellement vivantes)

J’ai été stoïque sur la traduction, mais vous pouvez remarquer la présence du mot porche. L’emblème de la discipline, d’où elle tire son nom. C’est là que ses adeptes se retrouvaient pour discuter de trucs antiques, genre les Lumières before it was cool. On a quand même un empereur romain des plus badass – et sain d’esprit – de la lignée, Marc-Aurèle, dans les grands auteurs, et tout le monde ne peut pas en dire autant.

Autres auteurs moins empereurs

Le vrai héros restant Epitecte, ancien esclave, dont il ne reste que des fragments retranscrits par ses élèves. Au chapitre moderne vous pouvez consulter le magnifique « Courage Under Fire: Testing Epictetus’s Doctrines in a Laboratory of Human Behavior (1993) » par James Stockdale, ancien prisonnier de guerre au Viet Nam: « ma prison était un laboratoire du comportement humain. Je choisit de tester ses [Epictète] postulats contre les exigeantes réalités de ce laboratoire. Test réussi avec brio ».

Stockdale rejetait le faux optimisme chrétien, peut être après avoir vu ce que les faux espoirs faisaient à ses camarades pour les aider à sombrer dans la folie. Pour résumer son parti pris dans sa plus brève essence: il faut choisir que le choix soit tout ce que nous ayons, et que tout le reste ne vaut pas la peine d’être considéré. « L’Homme invincible » déclara un jour Epictète « est celui qui ne se laisse déconcerter par rien de ce qui réside au delà de la sphère de ses choix ».

Tout le reste devant être considéré comme une opportunité pour renforcer sa résolution, et non pas l’affaiblir. Et c’est véritablement le plus grand mind-hack jamais proféré: transformer l’adversité en opportunité. Où comme Seneque ecrivit:

« tu es pour moi infortuné de n’avoir jamais été infortuné. Tu as avancé sans ennemis devant toi. Personne ne saura jamais ce dont tu es capable, pas même toi ».

Autre point. En gardant toujours en tête le pire qui puisse arriver, l’on s’immunise du danger de la sois disante « pensée positive » – laquelle fait actuellement des ravages – , laquelle suppose que le réalisme mène au pessimisme puis au désespoir.Ce n’est qu’en envisageant le mauvais que l’on peut réellement apprécier le bon. La gratitude ne vient pas quand on prend le bon pour acquis.

C’est facile à piger, pas vrai? Alors comment as t on pu en arriver à grossièrement mal interpréter de si simples réalités?

...me dites pas que c'est ENCORE à cause d'eux?

…me dites pas que c’est ENCORE à cause d’eux?

Où l’on en vient aux conséquences

Vous reconnaitrez peut être ici les principes et la forme générale de la thérapie cognitivo comportementale (TCC). En effet, cette discipline de la psychologie est la descendante directe du stoïcisme et de sa maxime:

les gens ne sont pas dérangés par les choses mais par leur représentation des choses

Cette simplicité accessible, bizarrement, a tenu éloigné la masse de ceux pour qui la philosophie est forcément une chose compliquée, et beaucoup plus drôle quand elle est ésotérique. Le stoïcisme n’a pas la classe de Nietzsche ni la moustache de Kant (ou bien est ce l’inverse?), ni une grande promo sur les vierges pour les martyrs, ni même une théorie facile et lénifiante pour tout expliquer comme dans votre complot préféré qui explique notamment pourquoi vous êtes célibataire et exploité (je vous aide: c’est la faute aux jui… aux illuminatis).

Marc Aurèle débutait ses journées en se disant:

Je vais me confronter à des gens ingrats, violents, traîtres, envieux, asociaux »

Non pas par envie d’en faire une réalité: parce qu’il ne pouvait alors qu’être agréablement surpris. Et rester confiant et serein quelque soit la pierre qu’on lui jette. Le pauvre en ayant eu son lot, lors d’un règne consacré à des actes pratiques mais dédaignés par les politiciens plus classiques – à savoir défendre la plus grande frontière terrestre de l’antiquité – . Ainsi qu’un ulcère, une femme adultère, des enfants morts, des officiers rebelles… Choses qu’il aborda avec une tempérance égale. Si lui l’a fait, tout le monde le peut. Et je ne vous parle même pas de la vie de Seneque (lequel a inspiré le personnage d’un certain eunuque bedonnant dans une série à succès avec des dragons). A ce stade il est temps de le dire: autant le romantisme necessite d’avoir un esprit torturé, autant les stoïciens savent véritablement ce que signifie ce mot.

IL aurait pu prétendre que les choses avaient juste des hauts et des bas. Mais alors comment aurait il été préparé à tout affronter et s’adapter, toujours, aux vicissitudes d’un destin décidément bien décidé à l’emmerder?

Bref, d’aborder chaque nouvelle bataille d’un bon vieux « fuck all this shit » des familles. Enfin, en latin.

Cet article est (très) librement traduit d’ « indifference is a power: Stoicism is not a grim resolve but a way to wrest happiness from adversity » (Larry Wallace), trouvable sur ce site d’une extrême qualité. Site dont je suis fier de vous offrir des traductions, non pas par manque d’inspiration, mais parce que la connaissance est un bien précieux dont il faut promouvoir la diffusion. 

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :