Archive | Râleries RSS for this section

Le Gros Vision

Ce billet discutera d’un ton grave de l’Eurovision, wot did u expect? Un VRAI titre? Allons. La Chose évoque Groland plus qu’aucune autre nation, c’est un fait acquis.

Quand je pense que l’Australie est fan. Ces gens là et leur continent cherchent tellement à rester de souche européenne qu’ils en sont réduits aux pires bassesses géopolitiques. Car il ne s’agit pas ici de culture, malheureux. Matez juste le décompte des points: les citoyens d’ex-URSS – hors Tchernobyl – sont dotés d’oreilles humaines, il n’est ni acceptable ni sain qu’ils filent des cahuètes à la Russie.

Mais assez de lieux communs. Attaquons nous à la face gore de l’Hellfest.

Les Cantos de l’Eurovision

L’eurovision est à l Europe ce que le donjon de Takeshi – ou toute autre émission télé nécessitant de rentrer une toupie dans le fessier d’un autochtone – est au Japon: le meilleur de nous même.

Quand un Américain ou un Australien admire ce chef d’oeuvre sonore, il bave. Pourquoi? Il SAIT. L’Europe est le royaume de l’adidas-pop de l’est; des chanteuses barbues qui gagnent; des mamies techno en costume champêtre; des finlandais… Finlandais. Une uchronie sidérante Hitler les années 90 auraient gagné la Guerre. Un rappel Historique que seul les individus sains ont émigré outre-mer. Un luxueux dépotoir de la grande décharge qui enfanta le monde moderne et n’en acceptera jamais d’autre.

Notre futur? La Bulgarie. Le Bearn l’a déjà compris et le reste de l’Europe de l’ouest suivra à mesure que la démographie se fossilise. L’autriche-Hongrie n’était qu’un précurseur de l’avenir de l’Europe, lequel n’est qu’un retour à sa nature initiale: de la boue sous un ciel gris, des masures délibérément hideuses au milieu, et des paysans ostensiblement détraqués vagabondant autour.

Volume II de This is England, « This is Brexit »: nos voisins prennent de l’avance. Mais c’est la France aussi, tas de pourceaux. Quand Marion Maréchal Le Pen sera vieille sénatrice et Patrick Sebastien lieutenant-colonel panthéonisé, quand les migrants honnis auront compris que nous sommes plus finis qu’eux, eux qui ont le futur qui leur tend la patte; quand les chinois viendront s’encanailler à l’alcool à 90°C frelaté, et les américain nostalgiques vanter leurs racines antiques en ayant secrètement pitié de ce qu’est devenu la population locale.

Dans un siècle le Botswana colonisera Mars en nous laissant les clefs.

Pour qui sait écouter, l’Eurovision chante cela.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.
Non, je déconne pour Twitter. Un peu de sérieux, voyons.

 

 

 

 

Publicités

Ça s’est pensé près de chez vous

Vous connaissez les moisissures argumentatives? Non? You sick motherfucker.

Et ce n’est que la fesse cachée de la Carlsberg, si je puis détourner du proverbe. Il y a pire dans ce monde, PIRE; des choses surnaturelles, œuvre de forces insidieuses. Et ça se passe près de chez toi. Juste chez toi, même. Ne regarde pas par dessus ton épaule.

Je cause des faits divers du bulbe, de la pensée innocente qui gît dans une mare de sang tandis que les limaces boursouflées pleuvent inexplicablement des murs avant de t’exposer au visage. De la pensée zombie qui rôde à chaque instant et viens te fixer la nuit pendant que tu dors profondément. Quelque part dans ce monde une femme en talons hauts écrase des chatons vivants en gémissant langoureusement pour le plus grand plaisir des plus grands tarés.

Mais ça je le dis juste pour m’assurer que vous ayez tous bien les dents du fond qui baignent. Il importe de se mettre en condition pour ce qui va suivre.

Ok, je sais que cette image de Martin Shkreli ça dépasse les bornes. Au début je pensais mettre l'image d'un cadavre horriblement mutilé par un attentat en Syrie - mais c'était bien trop soft

Ok, je sais que cette image de Martin Shkreli ça dépasse les bornes de l’indécence. Au début je pensais mettre l’image d’un cadavre horriblement mutilé par un attentat en Syrie – mais c’était bien trop soft

En même temps ce billet cause d’indécence intellectuelle. Alors il faut ce qu’il faut. Cette chose ci dessus sourit. cette chose a fait augmenter de 5400% le prix d’un médicament listé comme essentiel par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Mais on s’en fout pas mal.

Non non ne culpabilisez pas, sérieux: on s’en fout vu que chez nous la santé est gérée par le publique et que nous sommes donc bien plus à l’abri des « vertues » de la déréglementation (l’auto-correcteur me propose « verrues », c’est étrange). Mais pas pour longtemps parce que…

Attentat contre la pensée numéro 1 : le nivellement par le bas

Bien. Supposez que vous viviez en groupe, comme un être humain sain d’esprit – je vois déjà les asociaux glousser: vous vivez dans une commune, qui est dans une nation… Vous vivez et dépendez du groupe, fuckers – et là PAF un ours Nadine Morano un Nadine-Ours-Morano re-Nadine derrière une attaque. Peu importe.

Deux solutions s’offrent à vous pour résoudre cette crise Morano-ursidée. Primo: se serrer les coudes. Secundo: détaler en rigolant et traitant votre groupe de gros connards. D’ailleurs eux aussi n’ont qu’à détaler, pas vrai? Ouais, les vieilles, les handicapés, les gosses… C’est bien connu si VOUS pouvez courir tout le monde peut, tout ça c’est juste de la volonté.

On y viens, donc: cette tendance – si j’étais bâtard je dirai « ce narcissisme » – à préférer voir son prochain dans la même merde que soi plutôt que se battre à ses côtés pour obtenir les mêmes avantages.

« Pourquoi qu’ils font encore grève alors qu’ils ont déja des avantages ces feignasses? » – Un quidam interviewé « au hasard » face à une grève quelconque

Ces petites merdes osent faire valoir leurs luttes juste pour faire culpabiliser tous ceux qui n'osent pas, chuis sûre. Du coup ça m'énerve, mes gosses rient de moi, mon patron se roule par terre, mon salaire est pas prêt de monter... C'EST LA FAUTE AUX GREVISTES

Ces petites merdes osent faire valoir leurs luttes juste pour faire culpabiliser tous ceux qui n’osent pas, chuis sûre. Du coup ça m’énerve, mes gosses rient de moi, mon patron se roule par terre, mon salaire est pas prêt de monter… C’EST LA FAUTE AUX GRÉVISTES

Je sais pas. mystère. peut être pour sauvegarder leurs avantages? Si possible pour obtenir plus? La feignasse dans toute cette histoire, n’est ce pas la personne qui n’en profite pas pour demander les mêmes avantages – ou à minima soutenir ceux qui réussissent – et qui n’a visiblement jamais entendu parler de l’adage « diviser [les travailleurs, ici] pour mieux régner »? Oh mais j’oubliais, « c’est irréaliste ». Mmh. Avec un partage des richesses encore tout à fait capitaliste et en se basant sur la hausse de la productivité horaire travail depuis plus d’un siècle, la logique voudrait que la semaine de travail soit de 25-30 HEURES (à salaire égal que pour 35h). Et là, je le répète, sans changer nullement le système en place. Je répète encore: le système merdique, spéculatif, qui court façon Usain Bolt à la concentration capitalistique, oui, lui, permet large une semaine de 25h pour les salariés. Imaginez avec un autre.

Je vais finir par y croire, que la France « méprise le succès ». Les acquis sociaux sont particulièrement méprisés, ouep. Je vais encore me faire des ennemis, mais par exemple toute personne quittant la SECU pour « ne plus être un pigeon » est une énorme pintade d’un tout autre calibre aviaire. 1) un système d’assurance collectif fonctionne au mieux quand il est… Ben, collectif. Céder aux sirènes des tarifs allégés quand vous êtes en bonne santé, c’est vous faire entuber grave le jour où vous serez malade. Mais le cancer ça n’arrive qu’aux autres, surtout de nos jours où le seul fait de respirer de l’air urbain vous expose à une liquéfaction des bronches.  2) un système privé a rigoureusement les mêmes contraintes de gaspillage administratif, et en sus 15% minimum de bénéfices à verser aux actionnaires. Si l’expression « panier percé » ne vous parle pas, raison de plus pour rester affilié à un système public collectif: vous n’imaginez pas le montant des frais psychiatriques dans les pays à assurances privées.

.

Où bien imaginez juste 5 fois les vôtres avec la méchante SECU, et intégralement à votre charge si vous comptez parmi les 20% de non-assurés (dans le cas des Etats-Unis, « grande puissance » où le terme « sans dents » prend tout son sens quand on peut mesurer précisément le statut social d’une personne à sa dentition)

Pour le dire de manière brève: choisir de ne pas faire confiance à sa communauté sous prétexte que ce sont tous de grosses tanches, c’est prendre avec assurance la tête du peloton des médiocres.

En causant de cons- non pardon. Ah, si, de cons:

Deuxième classe: le glorieux retour en grâce du service militaire

La jeunesse est pleutre et incapable de coder quoi que ce soit de ses dix doigts, c’est bien connu. tenez, Platon lui même le savait déjà. Socrate aussi.

Vous savez ce qu’on a retrouvé sur une des plus anciennes traces écrites de l’Histoire de l’humanité?

« Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. » – Babylone, 3000 av.J-C

A croire que les vieux ne changent jamais non plus. Douglas Adams vous sauve la mise, gentils fossiles gâteux anxieux qu’on paye vos retraites:

.

Pour tous les geeks par simple opportunisme: quand vous vous exclamez « 42 » pour avoir l’air malin, c’est de lui. Si vous ne savez pas que c’est de Dougie, ni de quel bouquin, inutile de lever la main c’est peinant pour tout le monde. Jeee sais que « 42 » est devenu un objet culturel à part entière. Je cause juste pour ceux qui l’utilisent comme gage de geekitude: c’est outrageusement intolérablissime.

Mais revenons-en à notre chair à canon. Intéressons nous tout d’abord à l’aspect pratique. Le service militaire sert à? Entrainer des civils pour qu’ils soient enrôlables en kit le jour venu. Ok, j’ai rien à dire là dessus, c’est tout logique. Je vais passer outre les basses questions budgétaires qui rient déja…

La guerre a changé, les gars.

Depuis 1915 même les plus sourds des généraux l’ont admis: on envois pas sa jeunesse danser la tektonik devant des mitrailleuses, ce n’est rigolo qu’une fois ensuite c’est lassant. En conséquence la quantité d’armement, de goodies (genre des grenades), de protections à fournir au peloy moyen a explosé par la suite. On vit en démocratie, faut comprendre. Surtout depuis que les mères de famille votent. Un coucou habituel aux non-votants paske-ça-sert-à-rien: vous observerez à l’occasion le fric engagé per capita (par soldat, ici) dans une démocratie et dans une autocratie… Dans un des deux systèmes, on peut se permettre d’aller faire tuer vos gosses vu qu’on s’en branle; dans l’autre non, tout patriotiques qu’ils soient les parents de soldats morts votent rarement en faveur du boucher, même en cas de victoire.

Bref. Ainsi donc la guerre changea dans le but d’éloigner au maximum les enfants d’électeurs – eux-même électeurs – de ce sublime obus qui oh mais oups on en a perdu un. Je suis donc POUR un service militaire si on file un char ou un drone personnel à chaque boutonneux en lieu et place de son fidèle fusil qui ne lui servira rigoureusement à rien.

A part servir de cible idéale à tout, bien sûr. Finir atomisé, gazé, anthraxé, fou, pilonné depuis les airs, pilonné à l’uranium puis fou, pilonné au phosphore, au napalm, nucléarisé, rendu gay, et je suis certain que d’autres choses exotiques trainent dans les cartons. D’autant que le jour où une guerre nécessitant 2 millions d’appelés aura lieu, je peux vous dire que les QG seront plus qu’impatients d’enfin tester tous leurs chouettes super jouets.

Même l’image du héros, oubliez. Ça a l’air easy vu des infos du soir, de dégommer un tank au lance roquette? Voui. Ils en ont parlé une fois durant la guerre d’Irak, ouais. Vu que ça n’est arrivé qu’une fois.

Je vous propose cette page où des vétérans expliquent en détail les dizaines de contre-mesures possibles pour atomiser les joyeux lanceurs de pétards, du laser au barrage de grenades en passant par le tir de réponse automatisé (les fourrés ne vous sauveront pas).

.

50 nuances de nope

« On leur apprend à piloter des tanks, alors »

… Pour se les faire bousiller à la première IEM venue? Non mais eh. Ça coute, ces trucs.

Bref. C’était le point technique. A partir d’ici tout argument pro-SM (j’ai pas pû résister) est 1) budgétairement rigolo 2) politiquement dangereux 3) d’une efficacité pratique que je cherche encore.

Et la morale dans tout ça

Il faudrait voir à cesser de confondre morale et dressage. Si nos charmants électeurs FN ont un soucis avec la morale des jeunes, qu’ils militent pour plus de philo et d’éducation civique – si si, ce truc que vous avez fait une demi heure sur 4 ans de collège, quand il y avait le temps.

Et la bogossitude dans tout ça?

Un uniforme c’est beau, y en a à qui ça plait. Qu’ils s’engagent, et ils le font. Qu’ils laissent tous les autres en paix, merci.

D’ailleurs, et là c’est une observation personnelle: est ce l’uniforme qui pousse à sortir à 50 pour aller taper, mmh, oh ben ce qui passe, et commettre un nombre anormalement élevé de viols collectifs, ou bien les décérébrés qui ont trouvé l’uniforme comme meilleur moyen de vivre entre eux? La question reste en suspend. Je ne sais même pas quel lien mettre tellement ça grouille. Allez, du soft. Et qu’on ne m’accuse pas de « ne pas respecter les gens qui sauvent des vies :3 « , je respecte éminemment ces métiers, c’est justement pour ça que je serai ravi que les branques cessent de les prendre comme excuse pour se comporter comme des hyènes en rut commettant exactement ce qu’elles prétendent combattre.

Mais certes, il faut bien des héros de civisme pour nous protéger de…

L’INVASION

.

Oh shit pardon, et mes excuses à la reine, cet homme est évidemment Sadiq Khan, le favoris aux élections municipales londoniennes et absolument pas un de ces euh… Mais si, EUX là. Je ne suis pas raciste, surtout pas, mais reconnaissez que…

(parenthèse: dans la contradiction la plus totale, les racistes diront un coup que les primo-arrivants sont bosseurs mais que ce sont leurs enfants les problèmes: Sadiq Khan ici présent est fils d’un immigré paki; et un coup qu’ILS ne posent pas de soucis mais que là vraiment les nouveaux non on peut pas, parce que euhm… merde on va trouver quoi? Ah, ouais, ils sont pâkomnou. Sadiq est un anglais pur jus et qui plus est il compte battre un fils de milliardaire aux élections, là)

(parenthèse encore, je craque, faut que je vous le dise: les électeurs lui font le plus confiance sur les questions de sécurité, d’antiterrorisme, et d’immigration)

Ils arrivent. EUX. Je n’ai même pas envie de devoir encore rappeler toutes les raisons économiques, sociologiques, historiques, culturelles… Pour lesquelles l’immigration est une chance, une force, un honneur et pris comme tel par pas mal d’immigrés qui malgré les quolibets des indigènes se donneront à 200% pour prouver qu’ils sont dignes d’être leur concitoyen, à ces mêmes imbéciles. J’aurai craqué avant, perso.

Malgré le fait que l’Empire romain soit tombé par son refus d’accueillir des populations migrantes pacifiques (lesquelles ont fini par forcer la porte) en les gérant à l’inverse comme nous, contrairement à ce que le scolopendre moyen s’imagine (à savoir que le scolopendre moyen est resté sur le terme « invasions barbares » obsolète depuis un bail); malgré les immigrations Belges, Italiennes, Polonaises, et j’en passe, dont on ne cause plus aujourd’hui mais qui donnaient LES MÊMES unes de journaux que la vague actuelle… – Pourtant le pays existe encore, je crois? On ne s’est pas christianno-polonisé – etc etc…

Non. Malgré le fatras accablant de preuves, exemples, raisonnements… L’imbécile moyen est raciste et anti-immigration, sautant sur tous les biais possibles et faits falsifiés (comme toujours) pour l’appuyer.

Attention, les gens ont toujours des raisons. Y a même des raisons marrantes.

Comme quand il n’y a que les hommes immigrés qui leur posent soucis. C’est répandu, celui là, c’est un marrant. Un individu en insécurité sexuelle verra toujours mal le nombre de ses concurrents croître. Surtout que ces concurrents sont pas des sous-doués: faut des couilles pour braver le désert, les tempêtes, les trafiquants, les flics, voire pire, avant d’arriver. Chose que le raciste de base n’a visiblement pas. Sauf quand, dans une espèce de vengeance symbolique, il ira s’achet- rencontrer une femme « de là-bas » bien obéissante, suite à son divorce avec Claudine. D’ailleurs c’est fou à quel point la sexualité (fantasmée) des migrants est décortiquée par leurs détracteurs. A croire qu’il y a un schéma profond et qu’ils fassent une sorte de projection. Bref.

Je freudise, direz vous. Oui. D’ailleurs je n’ai pas causé un instant de raisons économiques ou socioculturelles, parce que flemme. Je ne prétend pas que cette explication soit la seule ni la plus grosse, je ferai juste remarque que le raciste a souvent des problèmes avec les autres en proportion de l’agressivité de leur séduction et de la taille de leur pénis. Et base les deux sur des ouï-dire.

.

… Comment ça « quel rapport avec le racisme et les racistes? » Aucun. je n’ai rien dis, moi, hein, je dis juste qu’il faut ADMETTRE que SOUVENT ben… Ils posent soucis. Non et puis quand il y en a un ça va, hein, je dis pas. Mais quand il y en a plusieurs à picoler du pastis en gueulant, là, je veux bien être tolérant mais c’est pas notre culture supérieure ça… Tenez, là, Zemmour l’a dit: « il faut bien reconnaitre les chiffres: la plupart des actes criminels violents sont le fait d’alcooliques », c’est chiffré, c’est pas moi qui le dis.

Le point juifs

Il en faut un dans tout article à la con, c’est marqué quelque part. Je ne sais pas pourquoi. Ça fait tellement longtemps, vous savez, personne ne sait plus bien pourquoi y a autant de bruit autour des juifs. Un genre de tradition.

Je ne dirai que ceci. Imaginez la vision de la « crise migratoire » actuelle.

Pas dur, on vous en parle tous les quarts d’heure pour faire oublier les vrais enjeux.

Imaginez maintenant des juifs dans les années 30.

Fusionnez. Non ce n’est pas du papier à décalquer mental, c’est simplement le MÊME traitement médiatique et populaire. Personne ne voulait de cette population infiltrée par le terrorisme et la bassesse et puis d’abord moi je me battrai au lieu de fuir pas comme eux et-pis-on-est-déja-en-pleine-crise… Et sur internet au bistro j’ai vu les preuves… Et caetera. Et caetera.

Conclusioning

Il manque des points. Mais vraiment cet article doit cesser 1) avant de me filer la gerbe 2) avant que la somme de ce blog ne finisse de m’aliéner 761% au moins de la population pour une raison ou une autre.

J’aurai pû narrer la colonisation fascinante des esprits et des valeurs morales par la publicité. Surtout de ceux qui assurent que « ça ne marche pas sur moi ahahah », oui ohohohoh. Colonisation qui constitue une vague de crime contre l’humanité à elle seule.

Ou le « retour aux fondamentaux » à l’école, au moins aussi retardé que de vouloir remplacer les notes par des nounours en chocolat. Au moment où Hong Kong, exemple s’il en est en terme d’école sage-polie-et-qui-fonctionne-sans-gauchiasses, se lamente de ne toujours pas voir les scores de ses élèves BAISSER aux tests internationaux, se tord à l’idée de ne savoir faire rien d’autre que des éponges vivantes sur-diplômées.

Trop de choses se pensent près de chez vous.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

 

Tractatus de Orbis, en plus vénère

Je rentre de vacances, donc oui c’est light, c’est frais, c’est caressant comme une noix de coco tombant sur un écureuil. Il en faut. Figurez vous que j’ai découvert avec une stupeur de circonstance que l’ensemble uni en jogging fluo trop large – casquette et doberman en supplément selon arrivages – existe encore. Quid, me dis-je. « N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie? » m’ajoutais-je.

Je précise que ce n’étais pas à l’occasion du carnaval. Et que la rencontre du IVème Type s’est par la suite répétée à maintes reprises. Constatant que cette intéressante survivance du XXème siècle semble isolée régionalement (enfin… J’espère. Me dites pas que…) j’en conçus cette fort belle carte de France, allant jusqu’à déborder un peu.

Alors tremblez intérieurement, avant d’attaquer au prétexte fantasmagorique selon lequel non vous ne résidez pas dans la plus grande motte de beurre du monde. Regardez la vérité en face et tremblez extérieurement.

D’abord, pour votre gouverne de païens, avec [non c’est indécent]/20 au bac histoire-géo j’ai tout de même une putain d’intention que ça me serve dans la vie, fût-ce une fois tous les 6 ans. Cet argument d’autorité étant posé…

... Je vous met au défi de ne pas aimer la géographie après avoir étudié ceci

… Je vous met au défi de ne pas aimer la géographie après avoir étudié ceci. Bim.

 

Quelques précisions méthodologiques

Un exemple tout con. La Californie. « Rien à voir », me dirons les cuistres.

Pardon mais la côte aquitaine concentre les meilleurs spots de surf à l’ouest ET à l’est de Waikiki. Ainsi que les sièges européens de tous les shapers, vendeurs de short de bain, troueurs de combis, tricoteurs d’espadrilles de plage… au sud du Congo. Point d’Hollywood ici. Non. Ici on a une chaine de télévision basque. c’est une petite Californie. Pour le reste nous aussi on a des mexicains au sud du Rio Pequeño, un arrière pays qui prétend honteusement faire du vin buvable, etc. Il faut simplement imaginer Irouléguy comme l’équivalent de la vallée de Napa.

Et Arcachon comme la baie de San Francisco. Un peu d’imagination.

Le chainon manquant

Encore une fois je ne comprend pas où se situerait le drame: pardon mais entre les basques et les béarnais, on l’a, le chainon. Ils se battent régulièrement pour déterminer qui est le fameux chainon manquant, d’ailleurs. Les basques ont pris de l’avance: ils prétendent descendre des atlantes, là où le béarnais ne descend bêtement que de la montagne (laulle).

Si ça ne vous suffit pas, cette zone comprend aussi opportunément François Bayrou, chainon manquant de la politique française, ainsi que Lourdes, ville qui organise un concours annuel en la matière. Non je ne me moque pas des impotents: je me moque des gens qui n’ont pas encore reçu l’info selon laquelle il y a statistiquement moins de « miracles » à Lourdes que dans un hôpital lambda. C’est différend. Quand le handicap mental est le fruit d’un choix défendu bec et ongles, on a le droit de se moquer.

Du côté de Narbonne

Je met au défi quiconque traversant la région de Narbonne de lui trouver un meilleur qualificatif que campement gitan géant. « Décharge », oui, pourquoi pas. C’est vrai que de temps à autres on remarque mal les caravanes, lovées derrière les décharges sauvages entretenues par la population sédentaire du secteur.

Sérieux. Si les Béarnais ont réussi à trier leurs déchets, vous aussi vous en êtes capables, fiers indigènes de la côte Languedocienne. Parce que là je met « camp de gitans », vanne facile en colorée, trouvable sur d’autres cartes géographiques simplifiées du territoire; c’est surtout un égard pour cacher le soucis sanitaire autrement moins drôle.

Même lui il a évité le Languedoc. A l'époque déja

Même lui il a évité le Languedoc. A l’époque déjà. Ça aurait dû vous faire réagir, merde.

 

Côte d’Azur

J’adore cette région et ça se sent. Donc stop. Chut.

Je ne peux tout de même m’empêcher de noter qu’il existe un escalier dans l’horreur et la beaufitude, une gradation d’ouest en est dans le mauvais goût. On en regretterai la simplicité innocente du Languedoc.

D’ailleurs eux aussi refusent obstinément d’installer des décharges, même des systèmes de retraitement des eaux. L’azuréen (ça se dit, ça?) vit dangereusement et batifole tout l’été dans ses fèces. Chacun ses priorités.

Étape internationale

Figurez vous que je me suis démerdé à trouver AUTRE CHOSE sur la Suisse que Johnny, les coucous, les chocolats, les banques. Faut croire que c’est possible.

1515 c’est bien Marignan oui. Comme personne ne sait quel est le rapport entre Marignan et les Suisses, ça a le double mérite de me faire marrer et d’attiser la soif des curieux qui aiment découvrir des choses intéressantes. Vous, vous êtes chouettes.

Le sachiez tu, tiens

En France on a pas de pétrole, mais on a du blé.

Paris

Paris c’est pareil. J’ai cherché autre chose que « Tour Eiffel » et culture-musée. Ou pour les plus atteints, autre chose que « Paris on t'[oh un colibri] ». Sait-on jamais, si je devais m’adresser à l’auteur d’une carte similaire et plus précisément à sa créativité ahurissante, poétiquement:

N’entre pas apaisé dans cette bonne nuit.
Mais rage, rage encore lorsque meurt la lumière.

Quand je pense Paris, une fois mes souvenirs personnels mis de côté, quand je pense à la ville en elle même et pour elle même, Paris m’évoque irrésistiblement le site d’un bombardement atomique relativement récent et totalement dévastateur.

image

Je pense régulièrement à des explosions thermonucleaires, oui. C’est relaxant.

Une ville qui se fout en quarantaine de ses quartiers extérieurs comme si un des deux côtés était radioactif; une ville qui prend la poussière depuis plusieurs dizaines d’années, quoi qu’en pense la classe en raréfaction avancée des citoyens capables de se payer une combi antiradiation, et – soyons fous – un loyer (soyons déraisonnables: capable de s’y payer une vie culturelle, et dotée de l’humour pour le moins obscur consistant à se prétendre une « génération » fédératrice après que la réalité ait rattrapée un soir un échantillon du sérail au Bataclan).

[Ouais, coucou, la période de politesse est passée: ces interminables semaines à glorifier une fiction nommée « génération Bataclan » à coup d’auto-congratulations sans tirer LA MOINDRE leçon pragmatique, sociologique, ou pourquoi pas morale, des attentats de Paris, deux fois au moins j’ai cru que j’allais littéralement gerber]

Bref donc une ville en quarantaine satisfaite, peuplée de gens confus et hors de toute réalité (je caricature à peine. Un indigène de ces lieux hanté par la Bombe m’a une fois demandé si « les fermes ça existe encore vraiment »? Il a fallu le temps que je comprenne que la question était sérieuse), une ville qui évoque un surpeuplement de ruines monochromes issues d’un siècle poussiéreux. Une ville où l’air est régulièrement empoisonné à des seuils problématiques – « inquiétant » quand ça devient régulier on dit juste « problématique » – …

Je serai un alien à qui on lit la brochure, je penserai fugitivement Hiroshima. Pas vous? Ça viendra.

Et s’il se trouve parmi le débonnaire lectorat qui vient de se taper ma râlerie du jour un parisiano-languedocien, qu’il sache que je ne regrette rien. Surtout pas d’avoir mis les Italiens en face de ce qu’ils sont: des Italiens. Ils n’y peuvent rien, après tout.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

 

 

 

 

 

Pour vous ce sera gratuit

L’intégralité du coaching et du développement personnel.

Ici.

Tadam.

Je dis bien tout. Tout est là, et en plus c’est cadeau. Ensuite suffit juste de partir d’un point et de broder, et ça c’est personnel à chacun, tous les clients marcheurs sur le gentil chemin de vie sont des cas uniques. D’ailleurs si des apprentis-trouducs passent dans le coin, écoutez et apprenez. Vous c’est une formation bidon à 150000 roubles pakistanais avec un vrai faux arracheur de dents indien, que je vous économise là.

Donne un pigeon à un coach et tu le nourrira pour un jour. Apprend lui à roucouler et c’est BBQ gratos tous les vendredi

Des arnaqueurs qui ont raté leur « aventure » dans la pizzeria en autoentrepreneur se lancent, ainsi, par paquet de 100 dans le coaching. Le développement personnel. L’aide personnalisée à tout. Ils sont mignons les cons. C’est aussi à ça qu’on les reconnait.

  • Primo, ils sont tout aussi nullos dans cette aventure que dans leur carrière précédente, et étonnamment y en a toujours une. Moi quelqu’un qui rate sa voie comme ça, parfois dans des largeurs considérables, je lui file pas des thunes pour qu’il m’aide à y voir clair. Quelqu’un qui bosse avec un diplôme trouvable dans toutes les bonnes pochettes surprises non plus. Mais bon. Chacun ses goûts.
  • Ensuite, non content d’être incompétents certains se piquent d’être des dangers publics. Tu veux venir développer des névroses nouvelles et comprendre enfin que, joie, tout est de la faute aux autres? Désormais les psychanalystes ne sont plus seuls sur le marché. Car vous êtes un marché, cessez de les croire quand ils se prennent pour vos potes. Un pote qui me prend 45 balles de l’heure, j’ai pas connu. Mais bon. Chacun ses amis.
Alors que tout ça c'est comme les gilets en laine et les bombes au phosphore: faites le plutôt à la maison, y a la fierté en plus

Alors que tout ça c’est comme les gilets en laine, le savon, et les bombes au phosphore: faites le plutôt à la maison, y a la fierté en plus. Bien. Pour avoir l’air plus gentil on a qu’à décider que cet article est un « Do It Yourself » couleurs pastels, « ohmygod » et tout et tout.

Ready? Let’s roll. Les 100 principes de Zelinski

Zelinski c’est lui. Un gars qu’on pourrait qualifier à la limite entre l’extrême gauche tendance bisounours et le bisounours tout court. Reste que le monstre a eu la riche idée de tout regrouper, geste qui contredit sa paresse autant qu’il éclairera joyeusement les masses.

Ernie J. Zelinski est ce canadien qui se revendique expert es loisirs. Il est consultant dans le domaine de la créativité au travail et dans les loisirs, il donne également de nombreuses conférences sur ces sujets.

Dans son livre « l’Art de ne pas travailler » il invite tout les surmenés à adopter sa philosophie, lui qui revendique le fait de ne travailler que 4 à 5 heures par jour, 4 jours par semaine et de préférence uniquement les mois en « r ».

Un fou furieux psychopathe, en gros. Bien bien.

Allez c'est parti. Go! Go! Go!

Allez c’est parti. Go! Go! Go!

1.  On peut jouir de la vie sans en percer le mystère

Bref, suffit de cogiter là dessus. Je remarque que lui laisse l’option « Dieu » ouverte. Perso je vous conseille l’existentialisme: la vie est absurde. Elle a pas le moindre sens. Mais c’est génial, en fait: vous pouvez lui trouver le sens que vous voulez, personne, pas un Dieu ni un principe ni une tradition n’est là pour vous emmerder: trouvez du sens qui vous motive et investissez-le.

   2. Un simple lot de consolation attend les gens raisonnables

Ah. On entre dans le vif. Attention ici: si les gens raisonnables existent, c’est bien que l’évolution y a trouvé son compte. Si vous vous refusez à apprendre déraisonnablement à faire du parachute sans parachute, pas d’inquiétude outre mesure: votre lot de consolation sera d’être encore vivant demain matin.

   3. La vie est difficile, certes, mais en comparaison de quoi ?

Un point pour Zelinski. Et oubliez jamais qu’on ne vit que notre vie, elle parait donc toujours la plus dure et méritante. C’est naturel, pas de soucis. Là dessus l’argument « mais des Ethiopiens obèsent dépriment en Corée du Nord » ne marche pas et n’a pas vocation à le faire. Au contraire ce qu’il faut capter c’est ceci: votre esprit peut aussi voi votre vie comme la plus chouette de toutes aussi facilement que l’inverse. C’est donc un boulot sur vous même et votre cognition.

   4. Le chemin que vous empruntez pour atteindre le bonheur importe peu

On en revient au point un. Comment en vouloir à Zelinski: 100 points c’est long.

Évitez juste de choisir comme chemin vers le bonheur le zoosadisme ou le totalitarisme stalinien. Merci. Sans parler de ça, l’enfer est pavé de bonnes intentions et les pavés glissent de sang, gros: c’est souvent toi qui mangera le sol le premier avant même de pouvoir nuire à autrui.

5. La vie est douce à qui s’efforce de la simplifier au lieu de la compliquer

Ohoh. Ça y est, de la merde-à-coachs. De l’invention du feu à celle du beurre en stick, l’être humain passe son temps à se compliquer la vie au motif, certes, de la simplifier. Parce que ce qui importe c’est de gravir la pente, pas d’arriver au hamac en haut (merci Camus).

Je dirais que le but de la vie est d’être soi même le plus complexe et riche – d’opinions, d’experiences – que possible (merci Nietzsche), que cela passe par les bons ou les mauvais moments: dans une montagne Russe c’est les variations qui font l’effet sympa. La vie est pareille.

Une vie douce c’est rigolo. Une vie vivante c’est mieux. Non?

   6. La prédiction de vos propres échecs peut faire de vous un grand prophète

Rien à redire. Sinon qu’encore une fois si l’évolution a favorisé notre capacité à (sur)prévoir les conséquences de nos actes, donc à ne pas généraliser: pensez juste à savoir prévoir les échecs ET les succès.

En outre, sujet annexe. Marc-Aurèle (stoïcien) disait

« j’entame chaque jour en prévoyant de tomber sur des cons, de la merde de chien, des factures, et la mort de mes gosses »

Ouais je traduis le latin comme ça me vient oui – bref. Sans rester en boucle dessus, prenez en compte les possibilités de hics. Vous ne pourrez qu’être agréablement surpris.

Finalement ça m’en faisais des choses à redire, tiens.

   7. Les rêves non réalisés engendrent la pire amerture

Mmh.

   8. Les gens ordinaires sont capables d’actions extraordinaires

Bien dit. Reprenez le pouvoir, gens. Et n’attendez pas que les autres bougent leur cul les premiers, c’est pas pour vous la péter que vous le faites, c’est pour vous.

En plus les actions extraordinaires impliquent souvent le collectif. Et qui dit collectif dit barbecue.

   9. Le succès instantané est une invention des contes de fées et des romans et des films de pacotille

Yes.

En revanche le privilège instantané, ça existe, c’est de naissance, et implique parfois d’avoir un Prince (pas de conte de fée) dans son ascendance. Ne confondez jamais les deux, c’est se faire du mal pour rien et envier des gens qui n’ont souvent pas à l’être.

Bref. Moi j’ai traduit ça en « quelque chose plutôt que rien ». Chaque instant vous pouvez bosser vers le succès. Et devenir expert en ce que vous voulez, ça coûtera juste entre 10 et 20.000 heures. Y a des cracks, ouep. Un dicton dit que quoi que vous sachiez faire un asiatique de 12 ans le fait mieux que vous. Comment vous croyez qu’il a fait? Il a pris de l’avance, c’tout.

  10. La connaissance est imparfaite sans l’action connexe

R.A.S

Arrivé à 1/10ème (damn ça va être long à écrire), vous avez dû le remarquer: le coaching part souvent d’une chose vraie, mais la généralise à outrance. Or le diable se cache dans ce genre de petit détails dans les clauses du contrat. Alors au lieu de retenir 100 principes par coeur, l’option « développer un esprit critique et une philosophie à soi » est un bon investissement.

Pas comme un coach.

MAIS. Fini la pause, oh, le Nirvana gratuit est encore haut. Arbeit

MAIS… Fini la pause, oh, le Nirvana gratuit est encore haut. Sinon je vous envois chez un coach je vous préviens j’le fait attention- Bien

 11. Il faut savoir prévoir l’imprévisible, car notre seule certitude est l’incertitude

Saut que l’imprévisible est par définition… Imprévisible. Je préfère vous conseiller de faire comme Marc Aurèle, c’est plus sensé.

  12. L’excès de sécurité comporte un risque

Et qui veut tout défendre ne défend au final rien. Merde, y a vraiment des coachs qui se font payer pour sortir des vérités générales, quand on y pense.

13. La simple observation est très informative

D’où la présence chez les êtres humains de plus de 20 sens je suppose (eh ouep, y en a pas que 5, désolé pour le « 6ème sens, t’es à la ramasse). Encore du grand lyrisme, dites moi.

  14. Respectez la réalité, elle vous le rendra

Là merde j’applaudis. Appel à tous les relativistes new-âge complotisto-péruviens: respectez la réalité.

En outre, si vous considérez les gens comme des cons, ça ne vous apportera que du négatif. Partez du principe que la réalité et les gens sont tels qu’ils sont, à savoir faillibles et complexes, mais surtout chouettes, et – surprise! – la réalité vous le rendra. Puisse ce point changer des choses, bordel.

  15. Les excuses et les reproches ne changeront rien à votre vie.

« Sauf si ça sert les points 13 ou 14 » t’aurai dû ajouter, Zelinski. En fait t’es véritablement une flemmasse, gros, c’est pas une légende.

Certes, comme d’autres points, celui ci est GLOBALEMENT bon. Mais n’allez pas vous le tatouer sur la fesse droite, quoi.

  16. Les réalisations les plus difficiles laissent les meilleurs souvenirs

True dat’.

  17. L’apitoiement sur soi-même ne vaut pas plus qu’il ne coûte

Ok celui ci est bien vu et bien dit.

  18. On est généralement soi-même la cause de son propre ennui

Merde, le précédent était bien.

Vous savez ce que c’est qui pue comme ça? C’est ce point 18. Qui oublie d’une traite toute l’Histoire, la sociologie, la psychologie…

Ce qui pue c’est que des tarés aient pris le bouddhisme, l’aient tordu, puis le vendent à la pièce aux crédules. Le bouddhisme exact c’est ceci: « on est soi même [tout le temps] la cause du ressenti de son propre ennui ». Que l’on prenne ennui au sens propre ou figuré.

La cuillère existe. Ce que la cuillère nous évoque n’existe que dans notre tête. Idem en méditation: méditer n’est surtout pas « ne plus penser », ça ça s’appelle le sommeil et à fortiori la mort; méditer c’est laisser la pensée venir passer et repartir sans la toucher. Know the difference.

  19. La plupart des tracas sont vains

Même point. Le problème existe, la façon dont il nous tracasse n’existe que dans notre caboche. Donc halte aux tracas, don’t worry be happy et tout le merdier.

 20. Temporiser c’est se maintenir à jour avec hier

Pourquoi pas. Ce point sent le remplissage pour arriver à 100, mais pourquoi pas.

.

Mea culpa, quelqu’un a tout prévu même l’imprévisible du point 11. Batman. Enfin je doute que vous soyez Batman, donc ça ne change rien.

  21. Pourquoi acheter des outils coûteux que l’on ne retrouve pas ensuite ?

J’en sais rien, mon p’tit Zeski. Ça t’es arrivé aussi? Ça arrive à tout le monde je pense. Encore une fois c’est un reste évolutif: si on PEUT amasser, on le fait. Idem pour la bouffe. Du coup dans notre monde ça mène à l’obésité et l’amassage de bricoles, mais l’intérêt initial était réel.

Donc essaye pas d’aller contre: on est câblé comme ça, c’est pas un drame non plus.

  22. la connaissance livresque ne garantit pas nécessairement le succès dans la pratique

Était il nécessaire de le rappeler. Surtout, ironie, à l’écrit? Tiens d’ailleurs cessez de lire ça, y a encore 78 points je vous préviens c’est long. Allez vous scrasher sur le mur de la réalité, c’est le début du succès. Allez, zou. Il fait beau dehors.

  23. Le temps vaut beaucoup plus que l’argent alors faîtes en bon usage

Au pays. De Candy. Com-me dans tous les paaays… On s’amuse, on pleure, on ris, on fait des lapalissades et on les vend en libraaaaaairies…

24. Regarder beaucoup de télévision ne peut améliorer votre qualité de vie

Et boire 27 litres d’eau en moins de 24h est fatal. C’est pas la faute à l’eau. C’est juste que le dosage fait le poison.

Donc retenez plutôt: « Faire beaucoup de [xxxxx] », pas juste télévision. exemple: écouter beaucoup de cons et même acheter leurs bouquins à 20 balles et leurs stages de confiancisation à 300, ne peut améliorer votre qualité de vie.

 25. La vie doit être principalement consacrée à la poursuite d’un but

Sinon on meurt. Or peu de gens se suicident. Donc tout le monde sait déjà ça de base, Zelik chou. Relire Camus au pire, « Le mythe de Sisyphe ».

  26. Les gens ne sont que des humains sinon la vie serait bien différente

Ouep. Puis chiant aussi.

  27. Choisissez vos amis judicieusement; préférez la qualité au nombre

Mmmh mh.

 28. Ne surestimez jamais votre capacité à changer les autres

Ah. Voilà, n’achetez pas le drnier numéro de psychologie magazine consacré aux PN et autres manipulateurs fantasmés: y ajuste trois trucs dont ce point 28 à retenir. Voilà. C’est gratuit, j’vous dit.

  29. L’effet de nos conseils est négatif ou nul

Faut il vraiment que j’explique pourquoi ce point est imbécile au plus haut point? C’est quoi cette manie de jeter le bébé avec le veau du bain, à la fin?

  30. Fuyez à toutes jambes les personnes négatives

Ou comment devenir narcissique, seul, triste dedans mais méga souriant dehors PARCE QUE SINON AU SECOURS VOUS SEREZ VU COMME NEGATIF. Non mais faut stopper l’hémorragie gastrique, là. Soyez juste vous même, c’est pas parfait mais c’est mieux que d’écouter des conneries néo-hippies.

Baffez la personne négative. En lui précisant que ça empêche pas d’être potes, mais que vous posez une limite.

POSER. DES. LIMITES. Coexister. Se comporter en adulte. C’est quoi cette « morale » infantilisante du tout ou rien, « profit ou fuite »? Et la lutte, elle s’est perdue en route? Et la compassion, c’est juste un truc que les autres doivent vous filer selon un rapport coût/bénéfice?

On peut être négatif et super cool aussi. L'important c'est d'être actif et non passif, rien de plus.

On peut être négatif et super cool aussi. L’important c’est d’être actif et non glandeur, rien de plus. Genre faire du savon.

Attention parce que ce point est une autoroute sans limite de connerie direction « secte et embrigadement ». Fuyez les négatifs. Ne soyez que positif. « Qui a murmuré fuyez les gens que JE vous déconseille, isolez vous, soyez hypocrite et souriez d’un air crispé quoi qu’il arrive? Qui a dit ça? Au goulag. »

Qui a dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions et de conseils « bienveillants »? Moi. Voyez pourquoi? Surtout venant de gens qui placent le point 29 juste à côté de ce conseil amical de grand fanatique.

  31. Au contact d’un groupe de perdants, on en devient bientôt un

Marrant qu’un mec qui se qualifie de gauchiste soit ultra-libéral dans sa tête. Mais il a l’excuse: c’est le cas de pas mal de monde dernièrement.

Maintenant vous savez pourquoi le monde est empli de perdants misérables qui crachent sur les autres perdants. Parce que gentil bisounours leur a dit de fuir les groupes de perdants. Alors qu’au contraire quelqu’un qui se sent ou est « perdant » quelque soit le domaine DOIT chercher des alliés. Regardez les alcoolos anonymes, etc… Ils seraient sûrement mieux loin de tous ces autres perdants qui puent la vodka, c’est clair. Seuls devant leur whisky.

Je voudrais pas dire, mais la dernière fois que les perdants ont su se grouper, on a gagné le salaire minimal, la sécu, les retraites, les droits sociaux… QUELQUE SOIT le conseil, demandez vous direct à qui profite le conseil. Si c’est pas à vous, riez. Riez fort.

Au contact d’un groupe de perdant, on gagne toujours. Et on se hisse les uns les autres. Ne laissez jamais personne vous donner honte de chercher de l’aide ou vous faire peur. Ce sont des gens qui étrangement vous proposent « la même chose mais encadré » à savoir juste seul avec eux, et à 40 balles de l’heure. C’est pas étrange comme coïncidence?

  32. Discuter avec un sot, c’est faire preuve de sottise

Jes sais pas quoi dire tellement c’est con. Ça me file des envies de plus discuter de tes points, Zelinski. Se répéter 40 fois avec un sot, ouais lâchez l’affaire. Mais toujours discuter. Toujours. Vous laissez pas enfermer dans des bulles, à croire confortablement dans un silence satisfait que les autres sont sots pendant que eux pensent pareil de vous. Jamais.

  33. La meilleure façon d’impressionner les autres c’est s’abstenir d’essayer

Encore une fois, globalement vrai mais incomplet.

La meilleure façon c’est de ne pas être dans le « dire » mais le « faire ». Essayez d’impressionner les autres. Mais faites le par l’acte, pas juste en vous vantant.

Zelik sérieux t’as jamais dragué ou quoi? Des millions de gens essayent ça tous les jours et y parviennent, gros. Ceux qui le font par l’acte gagne, ceux qui le font par la parole finissent démasqués, en 3 semaines ou 20 ans. Easy.

34. La gentillesse masque souvent un manque de bonté, tandis que la bonté est fréquemment dépourvue de gentillesse

True. Celui ci, il est bien, mais alors pourquoi balancer des points contradictoires?

Sérieux, les tanches que je connais qui ont du mal avec ce point de bon sens sont justement les adorateurs du coaching, développement personnel, et autres grigris.

Tiens, et je repasse au point 33: j’applique le 34 tous les jours par l’exemple. Si j’ai pas encore manqué de bonté envers vous, 1) exploit 2) attendez, reste 66 points.

  35. Tout le monde est égoiste même vous et moi

Excellent point. Qui rejoint le 14 en plus du 34.

36. Le manquement à un engagement entraîne 95 % de risque de récidive

Malheureusement.

Merde c’est l’îlot de bons points ou bien me taper tout ce boulot de nuit me file des hallu. Au choix. En fonction de ce qu’en pense la loutre volante.

  37. On se rappelle rarement des bonnes actions mais on oublie rarement les mauvaises

Sauf si, en personne sensée, on applique la thérapie cognitive (issue notamment du stoïcisme), au lieu de consulter des terroristes de la morale.

Ensuite certes, de base, oui le cerveau humain fonctionne ainsi. Et c’est à garder en tête.

  38. Tenter de plaire à tout le monde, c’est courir droit à l’échec

Ou à la présidence. Méfiez vous, un jour on est un vaniteux normal, peinard, et sans savoir comment PAF on se retrouve président.

  39. Il est plus facile d’éviter les ennuis que de s’en tirer

Encore une morale de fuite, ça. Je vous conseille plutôt « sois comme l’eau » (Sun Tzu, « l’Art de la Guerre »), c’est en trois mots et plus cohérent dans l’application.

Parce que dit comme ci dessus, ça contredit « savoir vivre dangereusement et sortir de sa zone de confort », c’est pas très très futé tous ces points qui se contredisent.

  40. Ne vous sentez pas visé personnellement; vous n’êtes sans doute pas la seule victime

Idem, appliquez plutôt le simple « ne pas présupposer des gens » (Bouddhisme; Stoïcisme; et sûrement d’autres), ça se retient mieux et s’applique à plusieurs points de Zelinski en même temps. Efficacité.

Petit on voulait plaire à tout le monde, et un jour on se retrouve sans savoir comment en train de poser sur cette photo

Petit on voulait plaire à tout le monde, et un jour on se retrouve sans savoir comment en train de poser sur cette photo. « Politics: not even once« .

41. Plus un service est important, moins vous avez de chance de l’obtenir

Sans blague. Sérieux?

N.B: si vous cherchez à l’obtenir de quelqu’un qui fuit les « personnes négatives » doublez le coefficient de difficulté.

 42. Une mauvaise attitude de votre part peut vous priver de bien des agréments de la vie

c.f Bouddhisme et Stoïcisme. Je vais arrêter de donner les deux, c’est un peu le même délire (nés à la même époque, avec de probables échanges transasiatiques durant le processus). Je dirai donc juste stoïcisme, par pur favoritisme et parce que le bouddhisme a déjà été trop profondément dénaturé par les tanches.

  43. Certaines croyances sont une maladie

Toutes. il dit « certaines » parce qu’il est Nord-Americain et que Jeezus vit là bas. Lui est poli. pas moi, moi je vis dans un pays laïc, ce qui limite le nombre de trouducs croyants à ménager au quotidien.

C.f point 14.

44. Méfiez vous des prédictions des experts, surtout de celles qui portent sur l’avenir

Ouais je sais la météo c’est grave de l’arnaque, gros.

Méfiez vous des experts tout court. Enfin plus précisément: ne leur accordez pas de pouvoir au delà de leur expertise. Ce que chacun voudrait. Je vais prendre mon cas: je m’y connais en économie, je vois tout par ce prisme du coup, et demande plus de pouvoir pour ce champ d’expertise dans la vie.

Or le pouvoir est une chose qui doit appartenir à tous ou à personne, point barre. Question de sécurité basique.

  45. Les sages apprennent plus des fous que les fous des sages

Je croyais que c’était sot de discuter avec les sots? Faut savoir, là.

46. Prenez soin de ne pas mettre vos héros sur un piédestal

Parce qu’après ça prend de la place dans le salon et ça fait de la poussière c’est relou. Ouais, et c.f point 44.

  47. La bonté ne coûte rien, mais poussée à l’excès elle peut être très coûteuse

C.f point 35

48. Admettez vos erreurs et vous en commettrez moins

C.f point 14

J’en étais sûr que « 100 points » c’était de la grosse frime. Voilà. Ça a pas raté, c’est redondant de partout. Voilà ce qui arrive quand on sait pas trouver des points autosuffisants et à la plus large cohérence possible.

Donc 48.5: apprenez à penser large et global, et traquer les incohérence entre vos différentes opinions: moins il y en aura plus vous serez intelligent.

 49. Avoir raison à tout prix c’est comme être un héros mort : il n’y a aucun avantage

Ça contredit le point 14. Rôgndudjiiuû.

  50. Les gens intelligents posent des questions stupides

Et se font traiter de personnes négatives et « trop critiques » du coup. Bref, c’est pas le point.

Être malin, c’est attaquer par la racine. Ne vous perdez pas dans des labyrinthes de pensée: commencez par le simple.

De manière active, jouer le naïf permet de savoir bien plus rapidement ce qu’on veut savoir. Matez Columbo. Columbo est cool, c’est sa femme qui lui a dit. Soyez comme lui.

Un héros oublié. L'Homme qui a vaincu par K.O l'insomnie de beaucoup de monde.

Un héros oublié. L’Homme qui a vaincu par K.O l’insomnie de beaucoup de monde.

 51. Seuls les idiots ont peur d’avoir l’air idiot

True dat’

  52. C’est en vain qu’on tente de changer son passé

No shit Sherlock !?

  53. Si votre maison brûle, profitez-en pour vous réchauffer

L’image est particulière, mais ouep.

  54. La meilleure revanche est de bien vivre

C.f point 52. Amen.

  55. Il n’est jamais trop tard pour apprendre et s’améliorer

Je commence à comprendre. t’as panaché les points merdiques au hasard et gardé des bons au début, à la fin, et au milieu. Malin.

Néanmoins ici. Enfin néanmoins. Certes oui. Mais la vie est déjà suffisamment courte pour devenir bon à un truc, alors mieux vaut s’y prendre tôt, ou plus tard quand on se motive à savoir reconnaitre la chose qui a germé le plus tôt, avant de perdre du temps supplémentaire.

  56. Chacun est la principale cause de ses ennuis dans la vie

ARHEUM. Sociologie, économie, politique, psychologie, Histoire, ils ont pas ça au Québec? Marrant me semblait au contraire qu’il y a d’excellentes facs sur ces sujets là bas.

Allez sortir à un Nord-Coréen ce truc, sérieux. Ou a un SDF. C’est quoi encore cette mentalité ultralibérale à la con?

Stoïcisme, au pied. Vas-y, dis leur.

Les ennuis existent par diverses causes. C’est notre manière de penser ces ennuis qui dépend de nous

Merci.

Et donc ce n’est pas « critique » ou autre de reconnaitre les deux. Oui il faut que le clodo se batte le plus fort qu’il peut. Mais non c’est pas principalement sa faute s’il en est là. Les cons vont baliser, les gens un peu plus futés reconnaitront de la cohérence globale.

  57. L’objet de beaucoup de vos désirs ne justifie pas les désagréments qui en sont le prix

Le fait que l’humanité ne vive plus dans des grottes contredit ce point. L’objet des désirs (et un Freudien souflerai avec joie « sexuels », et il a pas tout à fait tort) semble tout justifier, au contraire. En tout cas, que ce soit l’Homme ou d’autres espèces, ça justifie plein de comportements épuisants.

  58. Pour résoudre un problème, il faut d’abord bien le cerner

Sauf si la situation nécessite de le résoudre plus vite qu’on ne peut le cerner. Donc ajoutez au début de la phrase (au marqueur indélébile sur votre écran, ayez pas peur) « Autant que possible ».

  59. Vous pouvez améliorer votre qualité de vie en appréciant différemment votre situation

Encore une redite.

  60. Mis en perspective la plupart de vos ennuis vous paraîtront insignifiants

AH NON. Pas le coup des petits enfants qui meurent de soif en Antarctique, pas ça pitié.

Il aurai dû réécrire ça mieux. « Distanciés, vos ennuis […] ». C.f point 56.

.

Parfois c’est dans les petits comics qu’on fait les meilleurs conseils. Sinon.

  61. Chacun est son meilleur conseiller

« Mais ça fera 100€ pour vous avoir dit ça, merci, à la semaine prochaine ».

ATTENTION avec ça damnit, c’est chaud. Vous savez ce ue c’est ça, sous son déguisement sexy? C’est « fiez vous à votre intuition ». N’acceptez ni conseils ni critiques, et surtout la réalité objective n’est rien face à Votre Intuition.

Sous ses attraits neutres, ce point est une des pires horreurs de la liste.

  62. Qui ne sait ce qu’il veut ne peut l’obtenir

Qui ne rote ni ne pète explose. Je gagne. A toi.

  63. Pour obtenir quelque chose il faut le demander

Alors ça c’est important. Et de bon conseil. Le seul point positif dans la course au narcissisme individualiste, c’est d’apprendre aux gens en retrait à s’affirmer. Et préciser que le seul moyen de s’affirmer et d’avoir ce que l’on veut c’est de le clamer, le demander d’une voix forte, et le défendre.

Ne pas oublier que ça s’applique à tous. Alors n’oubliez pas d’écouter les demandes d’autrui aussi.

  64. La marche ou la course au grand air est le remède à plusieurs maux

Tu l’as dis, Zelinski. Pas pour rien que l’Homme est taillé pour la marche et la course de fond. Et en conséquence de celà, notre cerveau surkiffe ces deux activités. C’est bon pour la santé, le moral, la cognition, les ventes de materiel de trekking (ben quoi. Objectivement).

Et inutile de se forcer sur la course. P.P.S: « au grand air » ça exclu de courir sur du béton.

65. Le temps refusé à l’exercice sera pris par la maladie

Bien dit.

Inversement le temps pris à grailler, boire, fumer, est pris et ne sera donc plus à prendre.

Le mieux c’est encore de suivre son envie. Et savoir séparer l’envie authentique du laisser-aller larvesque.

  66. Aucun raccourci ne mène à la forme physique

Oui, les commerçants d’un domaine aiment bien taper sur la concurrence. Les ceintures qui musclent et autres crêmes c’est pas bien, les développement personnel par contre foutez y des ronds sans compter. Comme j’estime que les deux (vus en tant que commerce) sont d’la merde, comme dirait Jean Pierre Coffe, je vous fait la version gratuite.

  67. Vos attentes sont source de la plupart de vos déceptions dans la vie

C.f point 56. Et C.f Marc-Aurèle.

  68. Inutile de compter sur une affaire en or pour vous tirer d’un mauvais pas

Pas compris. Mais ça sent le vécu.

De manière générale dans les affaires: ne mettez jamais tous vos œufs dans le même panier. Et encore C.f Marc-Aurèle, pour le reste.

  69. La société ne doit à personne sa subsistance

Donc quand l’Etat veut se prétendre indispensable gestionnaire, riez. Quand le privé veut prétendre pareil, riez aussi. Quand une religion, votre maman, etc… Riez aussi.

Juste riez. C’est bon pour tout et ça induit la confusion chez les imbéciles.

Cependant perso j’aurai plutôt été inclusif en disant « la société doit sa subsistance à tout le monde, à chacun selon ses moyens et pour chacun selon ses besoins ».

  70. Si l’argent n’est pas votre serviteur c’est qu’il est votre maître

L’argent n’est qu’un outil d’échange, « il » est neutre. Faudrait cesser de le personnifier.

J’ajoute que si c’est gratuit c’est vous le produit.

A ce moment là un gros malin trouvera bien le moyen de me dire que j’arrête pas de gueuler que cet article est gratuit. Toi, toi j’t aime bien. En effet, mais cet article me rétribue: en fierté d’écrire à destination des gens, contentement quand on m’indique que c’était pas trop sale, voir bien, etc… Cependant il faut toujours viser à monétiser ses passions (aka trouver un boulot-passion), donc si un quelconque éditeur passe par là: « coucou ». Ben quoi? faut essayer, Zelinski il dit ça aussi au point truc.

En attendant l vie me file des citrons et j'ai appris à mordre dedans. J'peux encore tenir des années comme ça, rien à foutre. Never give up.

En attendant la vie me file des citrons et j’ai appris à mordre dedans. J’peux encore tenir des années comme ça, rien à foutre. Never give up.

  71. On regrette toute sa vie son intégrité compromise pour la gloire, l’argent ou l’amour

Discutable. Soit on définit les termes et agit en conséquence dans tous les champs possibles, soit on écrit ce point mais de façon complète. Bref, ça fait bricolage là.

  72. Une grosse somme d’argent ne guérit pas mieux les malheurs que les petites

Contredit par les faits. Même pour les malheurs psychologiques subjectifs. Quitte à pleurer un malheur, je préfère le faire dans une villa et noyer mon chagrin dans ma piscine privée, perso.

  73. Les désirs fous et les faux besoins sont impossibles à combler

Encore une fois les termes sont mal définis.

J’assure que ce n’est pas de la paresse de ma part: les critiques aux différents points se placent véritablement en grappe. Là on est dans la zone « flou artistique ».

  74. Contentez vous de ce que vous avez et vos désirs seront comblés

C.f point 57. C’est dans notre nature même d’être insatisfait, et c’est normal. Ce n’est pas à corriger. Malheur à l’imbécile qui sera un jour comblé, ça signifie qu’il rate un truc quelque part. Ou se voile la face.

  75. La vie facile n’est pas aussi sensationnelle qu’on le prétend

Elle cause même des dépressions et un vide existentiel. En négatif cela signifie que l’existence moyenne s’est grandement améliorée en un siècle. Et en effet les gens râlent autant voir plus qu’avant.

  76. Freinez vos excès, car avoir trop de bonnes choses peut être mauvais

C.f « c’est la dose qui fait le poison ».

Zelik, tu redondes, gros.

  77. L’avidité de l’esprit est insatiable

Des millions d’années d’évolution pour perfectionner ça, ouais. C’est à savoir simplement, pas à juger.

  78. Vous possédez déjà la richesse et le luxe

ahahahahahah. Je vois d’ici les contre-exemples clairs. Bon, je vais être gentil: si vous avez bouquiné du Zelinski ou que vous lisez ceci sur un ordinateur, même public, vous avez accès à la richesse et au luxe de manière inédite dans l’Histoire. Si vous lisez ceci sur une tablette vous frisez même l’indécence, au plan Historique.

Si en plus de ça vous êtes simplement de classe moyenne, dites vous que votre niveau de vie dépasse celui de Louis XIV #Sun #Swag en personne.

  79. Les loisirs les moins couteux sont les plus divertissants

Pas nécessairement. C’est plus une question d’utilité marginale que de prix. En français simple: c’est ce que vous n’êtes pas en train de faire qui est le plus divertissant. Inversement ce que vous avez trop fait dépasse des sommets d’ennui. Bonus: plus vous êtes intelligent plus l’utilité marginale décroît rapidement. En français post-réforme de l’orthographe: plus t’es intello plus tu te fais vite ièche.

  80. Avoir un esprit positif ce n’est pas seulement avoir des idées positives

Ah. Ça c’est sensé.

Wouhou, tout est réglé. Je me demande vraiment pourquoi on se faisait chier à faire 100 points.

Wouhou, tout est réglé. Je me demande vraiment pourquoi on se faisait chier à faire 100 points.

  81. La vie est irrémédiablement injuste

Vrai. Mais déja dit rien qu’au point 14.

Et le « irrémédiablement injuste » me fait tiquer. Quoi si on se retrouve esclave sexuel de DSK dans une cave en Corée du nord, faut juste rester positif et fataliser un petit « aah la vie est injuste »? Mais wut. Il y a vraiment un arrière goût de gastéropode derrière certains de ces points.

  82. La créativité vaut une fortune

Tout dépend la conjoncture du marché. Mais outre devenir graphiste, certes la créativité et l’intelligence c’est se balader avec une fortune potentielle dans le bulbe, oui. C’est un genre de pass général: avec cette clé on peut dégommer la porte qu’on veut.

  83. Si la patience n’est que l’art de dissimuler l’impatience alors il vaut mieux devenir expert

Vil remplissage que tout ceci. Ou bien vanne ratée. Je ne sais pas.

84. Pour gagner du temps dans la vie, il vaut mieux ralentir que se hâter

True dat’. Et tout le monde doit méditer ça, à notre époque. On en a besoin.

 85. Qui trop embrasse mal étreint

Je vois pas ce que ça fout là, mais j’en profite pour vous glisser que dans 6 jours c’est la Saint Valentin. Perso amazon me livre en 7, vous êtes peut être déjà foutus pour commander ce magnifique plug anal en forme de mine marine déniché en ligne.

  86. Même la plus humble tâche accomplie avec l’attitude appropriée peut devenir importante

Vrai. Prenez la vie comme un jeu, où chaque tâche n’est pas une corvée ou du temps perdu, mais un petit défi, un jeu, un moment à rendre harmonieux…

Les points 77 et 79 vous rattraperons. Faites leur coucou et continuez à profiter de l’instant. Un temps pour tout, merde.

  87. Une recherche trop assidue du bonheur prive du bon temps qui passe

J’aurai fusionné ça avec le 84. On sent la fatigue sur la fin, là. Encore 16 points.

  88. Souriez : la vie se prête à l’humour

Et ça embarrasse l’ennemi en plus.

  89. Il est plus facile de conduire son cheval où il se dirige

« Sois comme l’eau ». Sun Tzu. ENCORE.

  90. L’opinion des autres à votre égard importe moins que la vôtre

Ohoh. Connerie relativiste en vue.

Ok donc, admettons, je sens pas que je pue mais tout le monde pince le nez, tout va bien?

On se construit par le feedback des autres. Peu de choses importent plus que le regard des autres. Votre regard sur vous même n’est quasi que du regard des autres intériorisé, c’est une base même de la psychologie.

Plus que 10 points, fidèles petits hamsters travailleurs.

Plus que 10 points, fidèles petits hamsters travailleurs. Si vous êtes gentils vous aurez l’honneur de faire des heures sup’ non payées. La vie est injuste, eh quoi.

  91. Tenez bon ! Qui sait votre vie vaudra t-elle peut-être de nouveau la peine d’être vécue

Et elle le vaut déjà. Même à supposer que vous soyez en train de vous baigner nu dans du lisier en ce moment même. Même si jamais vous êtes en ce moment même tombé bien bas, genre député FN ou bien candidat aux primaires républicaines. Courage. Même vous, rien n’est perdu à jamais.

  92. Pour faire sa marque en ce bas monde, il faut se distinguer

Vrai. Cohérent. Dossier suivant.

  93. Il ne faut pas laisser échapper sa chance

Bon ça par contre c’est du travail de loutre unijambiste.

Cela revient à dire « il faut savoir saisir le moment », qui revient à dire « kaïros » (la même, en grec).

  94. Ce qui est précieux est toujours coûteux, généralement plus que prévu

Et encore plus une fois que vous l’avez perdu. Mouhahaha

95. Un génie a plus de persévérance que vous

Regardez, moi certes je fatigue mais le compteur de mots du traitement de texte lagge depuis maintenant une demi heure. Ou alors j’ai juste un wifi qu’est pas un génie. Sais pas.

Attention à pas confondre génie et privilège, lequel facilite beaucoup la persévérance, contrairement à ce que chouinent ses détenteurs.

  96. La perfection est le refuge des idiots

En tout cas c’est le retranchement stratégique des procrastinateurs. « Je suis trop perfectionniste », bah attends t’as même pas encore essayé.

Mais bref… Encore une fois, dépend comment n définit la perfection.

La perfection ce n’est pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à enlever »

Saint-Exup’. De tête, hein, il causait mieux que ça. Si on prend la perfection comme ça, je trouve pas du tout que ce soit le refuge des idiots, moi.

  97. La réussite au travail ne compense pas un échec au foyer

L’humain avant tout, comme dirait le NPA.

Ou alors « ne pas confondre moyen et but », comme ça on supprime l’ambiguïté et en plus on fusionne ce point avec 4-5 autres.

98. Seul le moment actuel compte, il faut donc être présent

Amen. Carpe Diem. et tout et tout.

Oubliez quand même pas de savoir vous organiser pour profiter au mieux du moment actuel de demain. Ça n’empêche pas d’être présent dans ce moment de préparation.

  99. La spontanéité est trop précieuse pour être laissée à l’improvisation

Ça y est, Zelinski nous pète un boulon. il surchauffe.

Bon. Mmmh… La guerre est un sujet bien trop sérieux pour être laissé aux militaires. Clemenceau. Je remporte la manche et relance d’un 100.

 100. L’introspection nous ouvre sur le monde extérieur

C.f le point sur l’égoïsme. Quand je pense que l’auteur de ces 100 points se prétend expert en flemme. Je les aurai expédiées en 20, perso. Si je n’avais eu la flemme de faire le travail préparatoire de synthèse, avec l’excuse de présenter la version originale ET mes commentaires dessus.

Eeeeet la vanne vieille de 10.000 ans… Oh! Un point bonus!

 101. La plénitude, le bonheur, la satisfaction d’une vie ne tiennent pas à sa durée mais à sa qualité

C’était histoire de finir léger, je suppose. Je vais allégrement briser cette ambiance mignonne de coucher de soleil: ça dépend. Ça dépend si la qualité et la durée sont des points mesurables, auquel cas ils se peut qu’ils soient substituables. En gros « mieux vaut vivre un jour comme un lion que 1000 comme un hamster » deviendrait « 1jL=1k.jH » dans l’équation d’une énième équipe de tarés dans une quelconque aile de recherche en sciences cognitives.

Et ainsi il vaudrait mieux vivre 1001 jours comme un hamster que 1 comme un lion. Le fait que la couardise et le pantouflisme sur canapé existent laisse indiquer que c’est le cas.

"Sorry for the long post. Here is a potato"

« Sorry for the long post. Here is a potato »

Que faire, comme dirait le gentil camarade Lénine

Ça en fait des principes.Et comme vous le voyez, tout ça est sujet à interprétation. Heureusement, le monde n’a pas attendu les coachs pour penser. Je vous conseille donc du matos qui a survécu au temps: les Pensées de Marc-Aurèle. Du renseignement fiable et généraliste (wikipédia, PUF) sur le stoïcisme, le bouddhisme, l’existentialisme et tout ce que vous jugerez attirant pour vous faire votre idée du monde, votre petit mode d’emploi.

Après m’être fait jeter de chez différents psys pour avoir (bêtement, apparemment) pensé qu’ils pouvaient me donner des clefs comme celles ci au lieu de juste se comporter en confidents payants, j’étais tombé sur un vieux sage de la profession, pour qui son métier était de soigner et pas juste écouter des gens se lamenter sans les aider. Il pratiquait la Thérapie Cognitive (ou encore « Thérapie Comportementale et Cognitive »), un genre de psychologie active, croisé à un boulot de psychomotricité.

Bref, la redécouverte moderne de principes anciens, mais je cause pas de délires shamaniques là. je cause des principes de ceux qui ont par exemple calculé avec précision la circonférence du globe terrestre à la seule force de leur logique il y a 2500 ans pendant que les autres ploucs croyaient au shamanisme.

Ces gens de goût, Socrates, Platon et toute la clique, ont défriché un terrain sur lequel on se balade encore. Et sur lequel a par exemple poussé le stoïcisme, redécouvert (et débarrassé tôt de sa partie religieuse) sous forme de la thérapie cognitive actuelle.

Je ne saurai que vous conseiller de lire les principes du truc. Eux aussi sont gratuits. Parce que les gens qui veulent véritablement vous aider sont comme ça: ils le font gratos, ça leur fait plaisir.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

La confiance vient en mangeant, ou la fable du Coach et du Faible

 

Hey les gens! C’est Kamal! moi. Je sais que toi aussi tu veux devenir un pur mâle alpha – quoi t’es une femme? Merde, va y avoir du boulot mais tu peux y arriver. Confiance. Génitoplastie – J’ai dis tu peux ahah j’adore l’humour! Tu VAS y arriver.

anigif_enhanced-buzz-16793-1365446381-3

A défaut, Margaret Thatcher compte comme mâle alpha. Tu vois gros? Rien n’est impossible.

D’ailleurs tu savais qu’en langue chinoise y a pas de futur? Ben maintenant tu sais. Mec, là bas ils disent pas je vais faire. Ils disent je fais. C’est trop… Trop. Du coup ils procrastinent pas, ils bossent dur comme des chinois tavu?

Dans tous les cas oublie tout ce que tu sais de la réalité objective et de la philosophie: Adidas a dit que l’impossible n’est rien, Redbull donne des ailes, et Nike juste le fait. C’est des gens sérieux, c’est pas comme s’ils vendaient des chaussures de running à des obèses en leur promettant la lune ou un excitant cardiaque instable à un public à risque. Ils savent de quoi ils parlent niveau impossible.

Bref parce que bref c’est confiant. James Bond il est bref, et tout. Naan t’as raté le piège. Les « et tout » les « voilà » c’est fini. T’es alpha tu causes opérationnel. Les virgules aussi t’arrêtes. Tu veux pas donner l’impression d’hésiter dans une phrase comme un bouffon. Moi je bosse plus loin encore. Bientôt je parle plus qu’en râles graves parce que c’est du magnétisme animal pur et c’est non pas une mais deux Mercos qu’il me faudra pour ramener les zouz du club.

Donc la pensée en général et les trucs de chevreuils en particulier tu cesses. C’est des jaloux. La science aussi c’est de la jalousie: si je bats des bras suffisamment vite je vole. C’est juste que j’ai mieux à faire. Mais rien n’est impossible et surtout la volonté peux tout. Seulement pour entrer dans la vraie vie faut avoir confiance. La confiance c’est pas dur: suffit d’avoir confiance.

Plus jamais ça. comment "là c'est dur dur d'être confiant"? Bien un discours de looser ça

Tout ça c’est fini.
comment « là c’est dur dur d’être confiant »? Bien un discours de looser ça.

Alors mec je veux que tu hurles devant ton miroir: je suis beau. Je suis le plus fort. Je peux tout. Je suis un fucking T-rex. Et puis comment l’univers il ferait sans moi?

Un exemple-type: l’entretien d’embauche

Non, sérieusement, il y a tellement de tutos et de conseils sur le sujet qu’il existe même désormais des tutos pour RATER un entretien. Ironie post-moderne, humour canal, satiiiireuhm, raaaâh humour quoi, ‘cule un mouton. Bref, tout ce matériel et personne n’a pensé à la base: la confiance en soi.

Mais pas les demi-mesures gentilles du style « soyez assuré ». Merde on vend des contrats pour la MatMut ou bien? La confiance en soi peut tout, on vous dit; elle est sans limite. Le triomphe de la volonté, c’est le Dieu du monde néolibéral moderne – encore un truc qu’il a emprunté au nazis aux allemands tiens – Des fois je me dis que ce n’est pas l’extrême-droite qui est anormale, mais le conservatisme dans son ensemble. Un néocon est simplement un porteur sain de la maladie. En tant que tel, ce serait grossier de le faire piquer mais il la propagera quand même: prenez Donald Trump par exemple; d’ailleurs les chiens sentent ces choses, comme les cancers. Bref. On en est où? Ouais, y a même des tutos pour rater des entretiens.

Pourtant ce tuto existe: il suffit de prendre de l'acide avant l'entretien

Pourtant ce tuto existe depuis 1996, il a même fait le festival de Cannes: il suffit de prendre de l’acide avant l’entretien.

Exemplifions.

« Actuellement au firmament de mon talent, je vous invite à saisir cette opportunité unique qui s’offre à vous de me compter parmi vos employés. »

Exercice 1: que pensez vous de cette phrase? *bzzt* perdu. Oui je suis mauvais joueur. Vous avez été piégé: il y a une virgule. De toute façon le reste aussi est à jeter. Ça transpire la peur. Et puis un boulet de canon qui m’annonce qu’il est au firmament de sa courbe, je l’embauche pas, je fuis la zone de chute. C’EST NUL.

Rectificationons.

« Actuellement au firmament de mon talent je vous offre charitablement l’opportunité de prendre le train en vol et marcher humblement dans les pas de ma radiance divine vers des sommets glorieux »

Bien. respirez maintenant. Je sais, ça fait un choc, les ovaires frémissent, y a des sous-vêtements qui vont filer au lavage pour diverses raisons. Si vous candidatez pour un truc d’intello, « pinacle de gloire » ou « summum de l’apogée » sont possibles. Ça fera moins Maoïste sur la fin.

"Je te pisse dessus pour établir ma dominance, faible. Je viole ta femme et demande une augmentation immédiate de 20000 francs" "Vous. C'est VOUS qu'il nous faut. Je vous accorde l'augmentation, et en euros"

« Je te pisse dessus pour établir ma dominance, faible. Je viole ta femme et demande une augmentation immédiate de 20000 francs »
« …Vous. C’est VOUS qu’il nous faut. Je vous accorde l’augmentation, et en euros »

Quand vous filez le sentiment au recruteur que c’est vous qui le recrutez et pas l’inverse, c’est gagné. S’il s’agenouille au sol et vous prie humblement d’accepter le poste de PDG, dites posément que l’effort est pathétique mais néanmoins touchant et que vous acceptez uniquement pour ne pas lui faire perdre la face.

Attendez, les… « Compétences »? La volonté peut tout, faut que ça rentre, enfin. Si le recruteur ne connais pas déjà votre CV et votre vie incroyable en détail c’est qu’il est has been, un plouc. Une victime. Riez fort.

Votre lettre de motivation? Elle est en tournée mondiale, narrée par les Rolling Stones feat. Morgan Freeman.

Affaire suivante.

comment devenir awesome en six semaines avant l’été ?

Il suffit de bosser dès maintenant au lieu d’attendre bêtement Janvier pour les bonnes résolutions. Voilà. j’ai solutionné pas mal de grandes cogitations. Eh oui, c’est aussi simple. Sachant qu’encore une fois la volonté peut tout: attendez beaucoup trop de vous même, ratez, pleurez, puis recommencez dans quelque mois.

Vous avez raté par manque de volonté parce que vous êtes une merde. Si vous êtes une merde qui a fait de la socio ou a des connaissances quelconques sur le déterminisme social, psychologique, Bourdieu et autres, vous êtes une merde qui chouine. C’est encore pire, parce qu’au lieu de rester à votre place vous emmerdez ceux qui font. Vous êtes donc un toxique, voir un Pervers-Narcissique (PN). C’est interdit de se plaindre dans notre société, ok? Ainsi que d’être triste, ou nostalgique. Faire des erreurs, avoir blessé sans le vouloir? Hors de ma vue, déchet immonde. Renfermez vous dans la solitude. La solitude sociale c’est comme la prison: vous voyez bien que c’est efficace pour soigner le Mal, c’est indiscutable.

Ces conseils sont du bon sens amical et surtout pas de l'ironie féroce contre la pestilence de l'individualisme radical. Je sais, c'est évident. Mais je préfère préciser avant qu'un toxique ne vienne essayer de "discuter". Je ne discute que par intérêt moi, monsieur. L'empathie et la compassion c'est pour les faibles.

Ces conseils sont du bon sens amical et surtout pas de l’ironie féroce contre la pestilence de l’individualisme radical.
Je sais, c’est évident. Mais je préfère préciser avant qu’un toxique ne vienne essayer de « discuter ». Je ne discute que par intérêt moi, monsieur. L’empathie et la compassion c’est pour les faibles.

Soyez pas con. Trouvez vous plein de faux amis qui ressemblent à votre fil facebook. Le genre à liker votre déménagement sans y foutre un pied. A ne raconter que du positif de peur d’être moins cool que les autres qui se sentent tout aussi mal en dedans. On se plaint de Facebook, mais, eh, c’est un outil: « Facebook » c’est ce que 1 milliards de personnes en ont fait. Comme dirait Camus, ça file des envies de suicide.

Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. – Camus, un jour de pluie

Quand on mate certaines des requêtes google les plus populaires, j'ai des doutes, mon p'tit Albert. "Est ce que les nains ont une vision nocturne" te passe loin devant.

Quand on mate certaines des requêtes google les plus populaires, j’ai des doutes, mon p’tit Albert. « Est ce que les nains ont une vision nocturne » te passe loin devant.

pourquoi les sites de coaching c’est trop super ?

On va faire court, parce que je commence à avoir envie de bégèr:

Des moisissures ont compris ces choses. Au lieu d’ouvrir une pizzeria en auto-entrepreneur comme prévu initialement, ces parasites sont devenus coachs. Ils se nourrissent de votre narcissisme en vous vendant que la volonté peut tout (comment leur en vouloir, Nike a lancé le slogan avant eux, y avait plus qu’à se pencher pour ramasser les pigeons) et qu’il existe des cheats code de la vie, d’ailleurs votre vie est un capital. Que la personne en face de vous est un ensemble de boutons: quand on appuie là on se retrouve à pécho une bombe ici, and so on. D’ailleurs la personne en face de vous existe-t-elle vraiment? Les coachs en doutent. Seul le fric existe. Certains paquets de fric se nomment donc « personnes », quand le paquet est appréciable on dit « Monsieur ».

Le coach est à votre âme ce que votre banquier est à vos thunes: son boulot c’est pas d’être éthique, c’est de faire fructifier. Chuuut, ça ira. Non, merde, on a dis pas de futur:

« ça va ».

Le jour où ne pas répondre "super bien, et toi?" à un "ça va?" est devenu un moyen simple pour devenir un alien aux yeux des gens, on aurait dû s'inquiéter. D'autant que le taux de depression n'a fait que grimper sur la même période. Étrange.

Le jour où ne pas répondre « super bien, et toi? » à un « ça va? » est devenu un moyen simple et gratuit pour devenir un alien aux yeux des gens, on aurait dû s’inquiéter. D’autant que le taux de dépression n’a fait que grimper sur la même période. Étrange.

rester une pauvre merde fadasse et anomique mais avec confiance

Vous voilà donc parés. Pensez à prendre votre bible et à pleurer. Parce qu’ensuite la littérature pessimiste et les émotions c’est terminé.

Oh, une dernière chose. Comme la volonté ne peut pas changer votre génétique ni votre passé ni votre milieu social (à moins de quitter votre famille à tout jamais. Ça se fait) ni vos traumatismes fondateurs ni votre cancer qui éclatera dans 3 ans ni le hasard qui heureusement vous fera mourir stupidement avant… Plus vous aurez l’air doré en dehors plus vous sentirez que ça pourrit en dedans. C’est normal. L’important c’est la confiance.

Je ne vous dit pas courage, si j’ai à vous le dire c’est que vous vous êtes plaint. Reprenez un valium. Achetez une Wonderbox. J’sais pas, démerdez vous en fait. J’suis pas votre coach, moi, c’est eux qui servent à ça.

Notre société a réussi à non seulement privatiser mais de surcroit sous-traiter le lien social. Quel monde fabuleux.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

Sois pas un mouton: vote – vol.1

Le sujet est capital. Franchement, je voudrais vraiment pouvoir le traiter calmement; mais je sais qui je suis, et après toutes ces années il y a quelque chose de victorieux à ça. Donc attention: cet article peut faire bobo aux gens qui confondent leurs opinions et leurs organes internes.

Puis la vie est à peine assez longue pour pouvoir devenir bon à une chose, alors il faut faire gaffe à ce que l’on choisi d’approfondir. Moi, c’est râler et ne jamais rien pardonner.

"Le pardon n'existe pas. Les gens ont juste une mémoire courte" - et je cite True Detective trois fois en 5 ligne si je veux.

« Le pardon n’existe pas. Les gens ont juste la mémoire courte » – et je cite True Detective trois fois en 5 ligne si je veux.

Je précise, dans le but de ne pas finir de me mettre toute l’humanité à dos, que je n’ai rien contre le non-votant qui s’assume. Qui assume sa flemme ou son désintérêt de la res publica – la chose publique. Une des forces-qui-passent-bêtement-pour-une-faiblesse de la démocratie, c’est qu’on a le plein droit de s’en foutre profondément.

Le profil qui me fait perdre toute politesse, c’est le non-votant-à-excuses. La pire de toutes (et putain de répandue) étant de s’imaginer être un grand rebelle, point bonus si inversement les votants sont « des moutons esclaves du systèèème ».

Le truc c’est que j’ai jamais été fort pour expliquer quelque chose aux enfants qui boudent ou aux personnes atteintes de démence sénile. J’suis pas patient comme gars. Et devinez qui dans tous les cas ne vote pas? Les enfants et les personnes sous tutelle. J’enjoins vivement tout héros de l’abstentionniste lisant ces lignes à se décider entre la maternelle ou la maison de retraite, et, si son dossier n’est éligible à aucune des deux, à se comporter comme un adulte responsable et voter.

Nan, gueulez pas automatiquement vos arguments prémâchés, par pitié, je les démonte juste en dessous.

Il vous restera toujours – rassurez-vous – l’excuse minable de ne rien écouter au prétexte que, comme d’autres, je vous persécute en riant grassement, martyre anti-système que vous êtes. Ce qui revient à mettre ses petits mains sur ses petites oreilles en chantant nananère d’un air satisfait pour éviter le débat ou – horreur – l’esprit critique, mais eh, je vous ai dit que j’étais pas doué avec les gosses.

Vu les niveaux records d’abstention – vous êtes légion, cheers. Légion de la passivité, mais tout de même! – et l’affichage permanent de vos actions… Pardon j’ai dis actions? Excusez moi. L’affichage permanent de vos arguments guimauves, la saturation d’internet par une guérilla de connerie, je doute sérieusement que vous soyez une minorité opprimée.

Ce qui devrait vous insurger, tiens, c’est plutôt d’être si nombreux et si inoffensifs à la fois. C’est d’une inefficacité franchement inquiétante pour vous. Et ça évoque lourdement cet animal ci:

"je vote paaââs, parce que ma pensée n'est pas celle d'un grooouûupe" "ah toi aussi?" "ah toi aussi?" "ah toi aussi?" "ah toi aussi?" "mais alors on est un groupe et on pense tous pareil?"

« je vote paaââs, parce que ma pensée n’est pas celle d’un grooouûupe » « ah, toi aussi..? » « ah, toi aussi..? » « ah, toi aussi..? » « ah, toi aussi..? » « mais alors on est un groupe et on pense tous pareil? »

Tour d’horizon des excuses anti-vote, ou les Oscars du néant mental

 Oscar du meilleur acteur: « Coluche aga’dit »

Coluche a dit que le vote c’était mal. Oui. Desproges aussi, et pas mal d’autres. Peut être parce qu’ils sont humoristes. Savez, ces gens dont c’est le BOULOT de critiquer. Un sujet comme la politique marche à tous les coups sachant que tout le monde aime le critiquer, et qu’en plus c’est une saine chose de le faire.

Puis c’était le début de cette mode de pensée à l’époque. Parce en ce temps là la France sortait d’un « système », un vrai. Avec un quasi-dictateur, la TV et la radio contrôlée par l’État… A l’époque l’humour de ces mecs était frais, nouveau, et donc était courageux.

Cette mode de pensée qui a enfanté l’ironie généralisée, l’individualisme béant; ce temps où TF1 était un héros destiné à sauver la télévision, Bernard Tapie un mec qui revigorait la politique, la redistribution des richesses le mal absolu… C’est leur génération ce que vous nommez « le système » de nos jours, qui a effectué SA contestation et est désormais aux manettes du véhicule. Et dont vous êtes un passager, tel le poisson qui ne se rend béatement pas compte qu’il vit dans l’eau, et encore moins dans un bocal de pensée vieux de 40 ans.

Coluche a dit ça aussi, ci dessous. D’ailleurs c’est vrai qu’il connaissait amicalement des personnes connues de la gauche française. S’il les a aimées, ça, j’dévoile pas l’intimité.

Démontrant également que quelqu'un qui fonde sa pensée sur une citation qui lui plait en omettant ce qui le contredis est un imbécile.

Démontrant également que quelqu’un qui fonde sa pensée sur une citation qui lui plait, en omettant opportunément ce qui le contredis, est un imbécile. Ça se nomme un biais de confirmation, by the way.

Même sans parler d’évolution de la pensée politique ou même de biais de confirmation: ça vous est venu d’où, cette idée de ne pas penser par vous même, mais « parce que x l’a dit et dans ce cas plus aucune réflexion à avoir »? Parce que c’est très con.

Oscar du meilleur dialogue: « si voter changeait quelque chose, ce serait interdit depuis longtemps »

Un second oscar pour Coluche, donc. Ben quoi tu avais du talent, mec, et quand on voit le paysage « comique » actuel tu nous manque. Figures toi que comme tout prophète qui se respecte, des gens ont pris tes vannes inconséquentes pour des préceptes de vie.

J’y pense. C’est peut être pour ça que le vote a longtemps été interdit et vu comme dangereux. Et encore plus longtemps interdit aux pauvres, puis aux minorités, aux indigènes non-blancs, et carrément aux femmes en général. Parce que l’instrument n’a pas manqué d’être dangereux et de changer des choses au profit des nouveaux votants.

D’ailleurs, exemple, quand le vote a été accordé aux femmes, le conservatisme s’est rassuré en se disant que c’était inoffensif, calmerait le changement, et que bobonne voterait comme son mâle. Même pas 30 ans plus tard on avait l’IVG, la pilule, et même, horreur, du féminisme DANS le système – le genre qu’on a pas le droit d’y envoyer les CRS dessus, putain que c’est triste – et non plus considéré comme une forme d’anarchisme sectaire et folklorique.

Je vais même pas aborder la question des droits sociaux, depuis 1848 et leur accès au vote, les pouilleux – pardon, les pauvres. Pardon, les défavorisés – n’ont de cesse de gagner des droits et des meilleures conditions de vie. Les enfoirés.

Alors, oui, la lutte passe aussi par la bonne vieille action directe. Mais entre un ennemi confiné à la manif sale et aux actes violents, et donc facile à décrédibiliser puis écraser sous les bottes; ou un ennemi qui peut faire valoir légalement et régulièrement ses intérêts, et vous boudera étrangement dans les urnes si vous envoyez l’armée buter ses potes (ou ses enfants. Vous n’imaginez pas le pouvoir politique des mères)… Il y a une distinction puissante. Un énorme bouclier, sous la forme d’un petit papier.

Et puis, si le vote ne servait à rien, vous pensez que tous les partis se démèneraient autant pour vous convaincre, voir au pire tenter de truquer les scrutins?

Oscar des seconds rôles: « tous les mêmes »

Je suis à deux doigts de passer direct à la suite tellement cet argument est bidon.

J'avoue, on a affaire à deux hommes blancs, quasi du même âge (60), issus de milieux bourgeois. Mais j'ai un scoop pour vous: l'extrême gauche met toujours des "normaux" en candidats. Les écolos ont plus de femmes que d'hommes en ligne pour le prochain scrutin. Et l'extrême droite a de nombreux attardés mentaux dans ses cadres.

J’avoue, on a affaire à deux hommes blancs, quasi du même âge (60), issus de milieux bourgeois. Mais j’ai un scoop pour vous: l’extrême gauche met toujours des « normaux » en candidats. Les écolos ont plus de femmes que d’hommes en ligne pour le prochain scrutin. Et l’extrême droite a de nombreux attardés mentaux dans ses cadres.

Scrutins locaux, prenons les maries:

  • Les villes de droite comptent trois fois plus de caméras de surveillance par habitant que les autre.
  • Celles d’extrême gauche offrent souvent des avantages impressionnants et franchement cool à leurs habitants, notamment grâce aux impôts récupérés sur l’industrie, vu qu’elles sont les seules à soutenir activement l’implantation d’usines chez elles.
  • Niveau mairie écologiste, je vous met au défi de me dire que la gestion municipale de Grenoble est classique.
  • Tout ce que l’extrême droite parvient à gagner se transforme rapidement désastre budgétaire. Sérieux. J’ai toujours pas compris comment ils y parvenaient. Pour le reste, observez les mesures adoptées dans les mairies FN, le moins qu’on puisse dire c’est qu’on verrait pas de telles conneries pétainistes chez les autres.

Politique nationale. Je vais me borner à comparer Sarkozy et Hollande, parce qu’en effet les deux se ressemblent. Pourtant même malgré ça:

  • La politique étrangère diffère totalement. On est passé d’un atlantisme qui faisait rire jusqu’à nos voisins, doublé d’une irresponsabilité totale, à une politique autonome, affirmée et guerrière, sorte de mini-gaullisme. Même moi je ne me serai pas attendu à ça de mon Flamby (oui j’ai voté Flamby, mais ni pour sa belle gueule ni pour son « programme », toutes les explications dans la deuxième partie à venir de ce billet)
  • Sarkozy a ravagé les budgets de la police, Hollande les renfloue. Je sais c’est paradoxal mais attendez il y a pire:
  • Hollande prône une politique de l’offre (comprenez « il lèche les orteils au MEDEF ») que Sarkozy n’aurait jamais osé. Parce que quand on est de gauche, on peut jouer au con peinard: on aura pas « le peuple de gauche » dans la rue.
  • J’arrête là, vais pas faire 300 points. J’insère juste « Christiane Taubira », ici, là, c’est fait. D’autre part, elle est à elle seule une réfutation brillante du « tous les mêmes »: elle refuse les codes de la comm’, se montre ferme (renseignez vous, franchement), et préfère bosser avec sérieux. Apparemment ça fait d’elle une curiosité dans le paysage.

« Ouais mais tous pareils c’est parce que sont tousssspourri »

Que nenni.

Le pouvoir rend pourri, clairement. Supposez un scrutin interne au parti, ou public, mais un scrutin de base: pour gagner vous pouvez soit le faire loyalement soit être un pur pourri, sachant que ça aide. Ajoutez une dizaine d’étapes et vous obtenez le haut de la pyramide, le Scrutin des scrutins, où la sélection naturelle a favorisé la crème des pourris. Changez les partis, faites une révolution, coupez les têtes, ça n’y changera rien: c’est structurel.

Gagner la présidentielle demande un niveau de pourriture si extrême que le gagant doit souvent pactiser avec le diable. D'où ces étonnantes photos avant/après qui marchent avec la plupart des chefs d'Etat

Gagner la présidentielle demande un niveau de pourriture si extrême que le gagnant doit souvent pactiser avec le diable. D’où ces étonnantes photos avant/après qui marchent avec la plupart des chefs d’État. Tandis que le Pape, lui, reste frais comme un gardon.

Là je tiens à dire que l’abstention est au plus bas à ce scrutin surpourri (la présidentielle) et bat des records aux scrutins présentant des candidats normaux. Donc pardon mais l’excuse du tous pourris me parait gonflée.

Et en face de ça il y a pas mal de gens honnêtes, sérieux, voir franchement cools et même que c’est les meilleurs qui partent les premiers. Bien entendu ils font moins parler d’eux du coup.

Enfin bref, dire que tous les musulmans sont des terroristes là tout le monde voit le biais, par contre « politiques tous pourris » pas un sourcil ne se dresse chez les imbéciles. Boarf.

Oscar de la réalisation: le narcissisme

Je sens bien que la logique va pas trop vous toucher. Vu que la chose qui vous touche c’est surtout vous. On peut pas vous en vouloir, il n’y a rien de mal à être le fruit d’une époque. D’un… système. Ce « système » où le marketing surfe depuis maintenant 10 ans ouvertement sur le concept d’adulescent: comment amener le consommateur adulte à se comporter et penser comme un enfant. Avec des résultats spectaculaires, et qui ne manquent pas de se répandre dans les autres strates de communication, dont la politique.

La réalité complexe vous fait peur et vous lui substituez des fantaisies simples, avec des bons et des méchants clairs: théorie du complot, FN pour ceux qui votent encore, etc… On se croirait à Disneyland tellement c’est manichéen. Mais ça rassure.

De plus en plus de monde s’exprime en faveur d « experts » à substituer aux politiques. Mythe de la personne neutre, responsable, parent de substitution, qui a toujours les réponses de bon sens face aux problèmes. Rassurant. Dans les faits, regardons déjà ce que ça donne dans le domaine le plus avancé en la matière, l’économie… No comment.

De toute façon, en bon ado capricieux, vous êtes au dessus de tout ça, rebelle, et personne ne vous comprend. Surtout pas « les autres » qui sont tous des moutons. D’ailleurs parfois vous avez le sentiment d’être parmi des robots décérébrés:

rassurez vous, vous n'êtes pas le seul

rassurez vous, vous n’êtes pas le seul (« regarde ces gens. Des automates aux yeux vitreux, dans leur routine, ne s’arrêtant jamais pour penser. Je suis le seul être humain conscient dans un monde de moutons »)

Bravo, vous avez perdu tout sens du collectif. Ainsi que toute capacité à vouloir prendre des responsabilités politiques.

Le truc le plus chiant, c’est que je ne caricature pas. Ces comportements exacts s’affichent partout, l’infantilisation prend des proportions absurdes. Car c’est de ça qu’il s’agit, à la racine.

Dans la seconde partie à venir, j’vous rassure de suite: je râle plus. Elle concernera les raisons personnelles rationnelles de voter. Et en plus elles sont compatibles avec l’égoïsme, c’est y pas beau?

Cet article vous a plu? Ah bah vous devez être votant, vous. Ou bien maso, eh, je juge pas. N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

Des lectures complémentaires:

http://unodieuxconnard.com/2010/03/20/votre-abstention-sil-vous-plait/

http://www.histori.ca/voices/page.do?pageID=425

http://www.toupie.org/Textes/Pourquoi_voter.htm

http://www.marianne.net/elie-pense/Pourquoi-il-faut-toujours-voter-meme-blanc_a376.html

OKLM21

Nous sommes le 30 Novembre 2015 et je vous écris en t-shirt parce qu’il fait 26°C au soleil. Les oiseaux tropicaux chantent, les piranhas remontent la Nive, tout ce que le Pays Basque compte de moustiques tigres zoom zoom zang dans sa dengue dengue dengue. Bref: le monde est bien fait, l’an prochain à la même heure je sors aussi le short.

Or, voici que les délégations olympiques catégorie corruption synchronisée de 195 pays se réunissent au Bourget pour me faire de l’ombre.

Fumiers socialisss, espèces d’États, encore à comploter pour soutirer du fric au secteur privé, et mettre leurs nez crochus dans la régulation du marché – aujourd’hui ça et, si on laisse faire, demain la justice fiscale. C’est que si le monde parvient à s’accorder sur le climat, il serait capable derrière d’harmoniser d’autres régulations. Genre l’impôt sur les sociétés. Supprimer d’abord la chaleur de décembre, puis supprimer carrément les paradisiaques paradis fiscaux.

Je jure que c’est au moins un complot des chauffagistes, alliés aux labos d’antidépresseurs.

Pour commencer, si on prend climat et que l’on change des lettres ça donne complot.

Je ne vous sent pas convaincus.

Ok, prenons « régulation » dont l’anagramme donne « triangulé », et qu’est ce qui est triangle? La pyramide Illuminati. Là il reste le « o » de « régulation » qui devient… L’œil qui voit tout, en haut de la pyramide. BIM.

Et si on prend « conférence » ça donne « cf: renoncée ». Parce que je vous rassure direct, confiants et bienveillants que vous êtes envers vos gouvernements: ça donnera que dalle.

2015-11-30T113721Z_390779396_LR2EBBU0W9YN6_RTRMADP_3_CLIMATECHANGE-SUMMIT_0_0

« Que celui qui est ici pour aboutir à des avancées concrètes à propos du climat fasse un pas en avant »

« La COP21 Késako? »

Pour commencer, « cop » ne fait pas référence à l’orgie de pouvoirs illimités dont jouissent joyeusement et sans s’en priver les flics depuis l’état d’urgence. Ce serait trop simple.

Non, cela signifie « Conference of parties ». En français « conférence des soirées ».

Sans titre

Google Translate ne saurait mentir.

La COP21, c’est un attentat sur les petits fours, une prise d’assaut sur les macarons, et qu’ils vont encore tous parler en meme temps et la bouche pleine donc leur reunion ne va servir à rien à part s’étouffer. Et Poutine aura encore mal au bidon demain le pauvre chéri, lui qui supporte si mal les sucreries.

La COP21 est également un concours dominical de bras de fer entre grands de ce monde. Ils sont tous vieux et nuls à ce sport, mais que voulez vous, vu les sourires plus ou moins crispés l’habitude persiste. Avec sa masse musculaire, Poutine gagnerait à tous les coups, d’où la présence des sucreries.

Ci dessus, la délégation cubaine qui persiste à vouloir jouer à shifoumi sous prétexte que les bras-de-fer sont une pratique réactionnaire

La délégation cubaine qui persiste à vouloir jouer à shifoumi sous prétexte que les bras-de-fer sont une pratique réactionnaire. D’où ce couac.

Non, en vrai

En vrai rien. La COP21 est déjà terminée depuis des semaines. Les militants écolos (du moins les cadres) le savent aussi, ils font pareil que les chefs d’Etats présentement: de la comm’. Mais actuellement on vous bloque Paris pour que dalle, les autochtones. Une visioconférence aurait suffit, pis c’est écologique en plus.

La COP21 c’est des mois de tractation dans l’ombre. De corrupti… De lobbyisme pardon. De tractations politiques: « je t’échange un million de tonnes de CO2 contre un porte-hélicoptère dans le Golfe Persique » ou bien « ta femme contre un paquet de chips ».

5325979_cop21-14-obama-afp-christophe-ena

« Ton shiny pikachu en double contre l’arrêt du financement des antinucléaires français » – « Crève »

Imaginez que vous êtes un de ces mecs (ou une femme) qui n’en a plus ou moins rien à foutre, mais se trouve malheureusement être chef d’État, avec 150 types excités autour de vous qui veulent chacun leur bout de petit-four. L’aile droite de votre parti refuse l’idée même de changement climatique; votre industrie pétrolière aussi, mais paradoxalement elle est prête à se faire payer des milliards pour de la géo-ingénierie « au cas où »; les ours blancs vous regardent d’un drôle d’air; votre électorat veut des mesures mais surtout pas que ça lui coûte; les industries idem, ET si ces mesures font vendre ce qu’elles produisent; les écolos font des cabrioles et ça vous déconcentre…

C’est le merdier.

Et là PAF on vous regroupe dans une cage avec 195 confrères. En vous intimant de ne pas en sortir avant que ce soit réglé. C’est à ce moment qu’on ajoute dans l’équation:

que votre camarade chinois rigole très fort quand vous parlez de régulation du CO2 d’après les valeurs absolues d’émissions, et sort « si on régulait plutôt les émissions par tête de pipe mmh? »;

qu l’Inde montre les dents en vous traitant de colonialiste, la bouche pleine de macarons;

que le Qatar, entre deux virements à Daech, joue le dealer en vous traitant d’accro au pétrole avant de vous refourguer une dose;

que l’Australie, premier émetteur par habitants, tente d’étrangler la Chine;

que la France pavoise en mode « cémoi que j’organise je m’en fous et puis j’ai fait l’effort du nucléaire » histoire de ne plus rien branler de nouveau;

etc etc…

Ça au dû arriver une fois, qu’une conférence internationale se passe comme ça. Genre en 1815. Depuis les types ont compris l’erreur.

Alors une semaine avant on prépare les héros de l’ombre, les sherpas, ces sous-fifres à 330 de QI qui ont débarqué au Bourget la veille et passé 26h sans pisser pour vous pondre la feuille que vous n’aurez qu’à signer.

Souriez.

Photo.

Et à dans quelques mois pour un nouveau round.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

Keep Calm and Carry On

Au lendemain de la série d’attentats qui ont frappé Paris en plein cœur, l’agitation est palpable. Facebook envahi de drapeaux français, mais aussi de « oui mais » parce qu’il faut bien trouver un moyen de se démarquer; les médias bruissent, le monde soutient, les politiques se raclent la gorge.

En toute honnêteté j’ai hésité à écrire ce billet. Surtout si tôt. L’analyse c’est comme les vannes, il y a quelque chose d’indécent à entamer alors même que le pronostic de nombreux blessés est encore incertain.

Seulement, les cons osent tout et c’est à ça qu’on les débusque lors de la chasse. Tout le monde n’était pas même au courant que j’en dégottais déjà un sous un buisson en train d’accabler le gouvernement socialisse. Alors que le camp adverse est bien entendu celui de l’intelligence stratégique et de l’analyse profonde, un exemple dans l’image ci dessous. De même, au lendemain du carnage, les identitaires se sont levé tôt pour profiter du beau temps.

Alors si la guerre des mots est déjà entamée, le camp de la raison a intérêt à vite réagir. Tant pis si cela doit se faire à chaud.

virer Morano était décidément une saine décision. Parce qu'on est jamais mieux servi que par les siens

virer Morano était décidément une saine décision. Parce qu’on est jamais mieux servi que par les siens, sérieux

Où l’on parle de guerre et de bruits de guerre

« Bien entendu, nous n’allons rien changer à ce que nous sommes. »

Une déclaration qui se démarque par son intelligence. La meilleure réponse possible à la barbarie étant « cause toujours, tu m’intéresse ». Que la démocratie est plus solide qu’une ceinture d’explosif. Repensez à cette phrase, « Keep Calm and Carry On ». Elle a un sens, figurez vous. Elle était le slogan des Londoniens sous le blitz nazi en 1941. Quand l’ennemi cherche à vous terroriser, la réponse logique est de lui démontrer avec une calme détermination que ça vous en touche une sans faire bouger l’autre, histoire de traduire à la sauce française, section Chirac.

C'est peut être parce que c'était lui le patron quand j'étais gosse, mais bordel, horreur, ça y est Chirac me manque

C’est peut être parce que c’était lui le patron quand j’étais gosse, mais bordel, horreur, ça y est Chirac me manque. Lui au moins se trainait ses 17 affaires politico-financières au cul avec panache.

Dommage que cette déclaration magistrale donc, – nous n’allons rien changer à ce que nous sommes – ait été faite en 2011 au lendemain de la tuerie d’Utoya en Norvège, par le premier ministre Norvégien, et pas chez nous. Non, cette nuit et aujourd’hui, en France, médias et politiques confondus, on a eu droit au degrés zéro de la pensée. Inventaire de choses entendues:

« Guerre. Peur. C’est la guerre. Peur. Conflit urbain. Peur. Nous riposterons. Ne pas céder à la peur. Peur »

Fermons les frontières, et puis pourquoi pas monter encore vigipirate (prochaine fois faudra encore inventer un degré d’alerte supplémentaire) et déclarer l’état d’urgence? Je suis pour ces mesures. Mais il y a l’omelette et il y a la manière de la faire: jeter au hasard les oeufs contre les murs n’est pas nécessairement une manière de cuisiner ça sérieusement. Créer et renforcer un état d’ugence permanent, cela revient à aboyer dans le vide. Parvenu dans cette impasse, il reste deux solutions: 1) avoir l’air con 2) pousser plus loin et dépasser les bornes. Et on imagine jamais assez ce que des gouvernements sont prêts à guer – … à faire pour ne pas a voir l’air con.

En soi, c’est exactement ce que ces pauvres schtroumphs barbus veulent. Exciter la fourmilière.

« Dans la barbe de Jihad Malkovitch »

Il faut comprendre une chose sur les poilus du désert: ce sont de grands idéalistes. Pour le dire plus clairement, les mecs rêvent éveillés. Leur objectif stratégique primaire est d’établir des sanctuaires, puis marquer l’essai en montant un Califat. L’objectif stratégique corolaire est de déclencher un conflit ouvert entre ledit califat et… Tout le monde.

Jusque là j’ai les zygomatiques qui frémissent, mais, allez, ça va encore. Dans les faits cela se traduit par une politique de déstabilisation locale (au Moyen-Orient) pour monter leur business, et par une politique de provocation envers leurs ennemis extérieurs: attentats, enlèvements, tir au pigeon. Il faut distinguer « provocation » et « agression »: une agression c’est 3 divisions de Panzers qui percent à travers les Ardennes un beau jour de Mai; une provocation c’est quand on vous lance un caillou en gueulant « vas y p’tite bite, riposte pour voir ».

Et jusque là, donc, ça a superbement fonctionné, depuis que l’administration Bush s’était improvisée lanceuse de cailloux de rang olympique.

Résumé de la saison une: les mecs veulent qu’on les agresse, pour attiser la haine et le soutien des populations agressées, et c’est exactement ce qui a été fait. 14 ans plus tard, voyez vous même s’ils ont gagné en puissance ou pas.

Barack Obama, 2011:

Barack Obama, 2011: « Nous quittons l’Irak la tête haute […] le vent de la guerre s’essouffle ». B.Obama, 2015: « f**king shit »

Passons donc à la partie rêve – les terroristes islamistes rêvent d’une chose: la 3ème guerre mondiale. Chose qui n’arrivera pas, mais passons. Dans leur vision, « le monde islamique » est attaqué par… un peu tout le monde, apparemment, et eux se retrouvent catapultés chefs d’un milliard de jihadistes prêts à conquérir le monde.

C’est complétement con, oui, en effet. Ça donne une idée du niveau de nos politiques lorsqu’ils promettent exactement la même escalade en représailles.

Ce qu’il faut donc en conclure

  1. Ceci n’est pas une guerre. Ou alors j’ai raté le défilé de jeeps de l’EI sur le périph parisien. Les médias vous parlent de guerre, les journaux pour vendre plus de papier, les « experts » des chaines de télé parce qu’ils sont payés par Thalès ou un autre fabriquant d’armes. Remarquez que la Une la plus tapageuse est celle d’un journal appartenant à Serge Dassault.
  2. Laisser la peur gagner, laisser la vengeance gagner – ce qui revient au même -, répondre à l exultation immédiate des extrémistes en tous genres (FN en tête), c’est donner raison à l’ennemi. Et lui accorder un poids qu’il n’a pas.

    La plupart des attentats sont déjoués. Celui d’hier soir a raté ses principaux objectifs tactiques. CES TYPES SONT DES TANCHES. Des grosses. Des incompétents en plus d’être tarés. Ne jamais leur faire l’honneur de les considérer comme un danger grave: ils ne sont que des nuisances. Des moustiques qu’on entend vrombir et qui à un moment piquent. Même le nom de l’équipe qui les a délogés porte le nom d’un anti-moustiques. Raid. Vous voyez.

  3. En revanche il existe des endroits où le moustique s’est fait bœuf. Et là ce n’est plus la même affaire. Des endroits où ils se prennent très au sérieux. Raison de plus pour leur rire à la tronche maintenant, au moment où ils tentent d’exporter la guerre chez nous. Pour ne pas tomber dans le piège.Parce que s’il y a une bonne chose à retenir de cette tragédie, c’est qu’il existe une raison à ce que la France soit une cible prioritaire: eux flippent, pour de vrai. Parce que la France mène une politique efficace contre eux, notamment au Mali. Une nation de cuistres grévistes endettée jusqu’au dents, à l’armée réduite à un ahurissant système D, leur fout la misère sans tomber dans la surréaction à l’américaine (en même temps, on a pas les moyens les gars, désolés). Via une politique qui tient plus de l’opération de police que de la guerre ouverte, en partenariat avec les autorités légales locales.

Alors la dernière des choses à faire serait de tomber dans le piège grossier de la surenchère. Et d’écouter ceux qui voudraient diviser la France entre les « terroristes potentiels » et les autres. Surtout au moment où les imbéciles d’en face tombent dans la stratégie du désespoir et du tout-ou-rien pour nous faire péter un câble.

Au lendemain de leur sinistre gag, voici le message qu’il faut envoyer:

« La France reste calme et vous emmerde. »

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

Et schplaf l’écologie

Produire local et organique est un mythe romantique – le futur de l’agriculture soutenable passe par la technologie et les rendements d’échelle.

Prenez une tomate, qui contrairement à la baleine, à la poule, ou au japonais, est un végétal. Un de nos aliments préférés. L’icône juteuse de la vraie vie des soirées d’été. Rien de plus idyllique qu’acheter des tomates fraiches un samedi matin, les ramener chez soi, les laver délicatement, les couper, admirer leur intérieur scintillant, ajouter de l’huile d’olive, une feuille ou deux du basilic qui pousse à la fenêtre. Le paradis.

Merde, on sent la tomate qui a mûri pépère au soleil sur son petit plant lié à la main de son petit ruban de corde. De la bonne tomate traditionnelle, locale, honnête: authentique.

Mais à quel point est elle « bonne »? Et que signifie bon dans ce contexte? Est elle meilleure, au sens technique, ou nous fait elle juste sentir meilleur en tant que consommateur – mieux encore, en tant qu’être humain? Si elle est simplement le véhicule d’un romantisme fallacieux, il faut porter un regard dépassionné sur sa production, avec comme perspective la soutenabilité.

La tomate, donc

La logique commence ainsi: la route entre la récolte et l’assiette doit être aussi directe que possible. Cool si vous avez un fermier en bas de la rue. Mais l’environnement urbain est cher, souvent pollué, bref insoutenable pour l’agriculture.

Parenthèse, tiens: j’ai un potager, tout bio sans produits chimiques, placé dans un endroit sans histoire, naturel. On a eu l’occasion d’y retrouver sous terre des goupilles de grenades et divers schrapnels. Outre le risque terroriste qui se pose envers MES tomates, cela veut surtout dire que la terre est très probablement contaminée par des métaux lourds. Mais sans pesticides.

Même dans une chaine courte, le produit peut se faire emmerder. Une tomate fraiche n’est pas morte: son métabolisme post-récolte est actif, fournissant une terre promise à divers micro-organismes. La fraicheur en elle même n’a rien à voir avec la soutenabilité: les chaines courtes subissent elles aussi des gaspillages importants. Ce qui revient à du gaspillage de terre, d’eau, d’énergie… Utilisés pour produire.

Des décennies de recherche aidant, on peut désormais concevoir des chaines de transport et de stockage qui ralentissent, voir stoppent, le détérioration naturelle – via le biais de gaz inoffensifs. Par exemple les paquets de chips sont gonflés d’azote pour éviter qu’ils ne périment ou se brisent. On parle du gaz qui compose 4/5ème de notre air ambiant, tout roule.

Ceci n'est pas une tomate

Ceci n’est pas une tomate. Observez: on peut voir de l’azote tout autour

En vérité, les traitements modernes associés à des emballages en plastique biodégradables – qui vont en se généralisant – représentent l’environnement optimal pour vos produis frais. De même le lavage industriel de tonnes d’aliments consomme bien moins d’eau que le même processus dans des milliers de foyers.

J’entends déjà les marxistes bailler: hop, on cause travail

« Ramassé à la main », ça sonne fun et sain comme la cueillette préhistorique de tonton néandertal. C’est surtout marrant quand on en fait 5 minutes par jour deux mois dans l’année. C’est un job de merde, vraiment – et j’ai testé -, et sous-traité à des roumains vu que personne ne veut le faire (surtout si EN PLUS vous demandez des normes de travail, malheureux).

En plus de ça: le rendement de l’agriculture bio est bas. Oui. On vous a dit le contraire? C’est pas beau de mentir aux gens: le rendement par travailleur autant que par unité de capital investie est largement plus bas que celui de l’agriculture conventionnelle, c’est le prix de vente rehaussé qui permet de dire artificiellement « bah regardez y a des bénéfices ».

Certains hurluberlus objecteront qu’il faut accepter de retourner au travail manuel de la terre, qui en plus coûte plus cher. J’ai envie de leur envoyer l’intégrale de Zola par la poste et des vacances dans les champs, sérieux. On en reparle après les ampoules, l’ennui profond, les vertèbres pétées.

« It’s a holiday in Cambodia
It’s tough, kid, but it’s life! » – Holiday in Cambodia

C’est comme tout. On peut s’en sortir par le bas ou bien par le haut. C’est la fameuse image du vélo qui part droit dans le mur. Supposons que la civilisation soit le vélo. Vous avez ce qu’il se passe, quand on arrête un vélo tout en prétendant rester dessus – c’est à dire, ici, garder la civilisation – ? on se casse la gueule. 10 000 ans que l’humanité choisit d’exploser des murs, figurez vous.

Ça s’appelle se dépasser.

certes c’est moins propre que repartir vivre dans la gadoue car toute solution appelle de nouveaux soucis, mais dans la vie il y a le camp de ceux qui agissent et celui de ceux qui râlent.

Alors quoi?

L’alternative. Le progrès technique. Le ramassage robotisé avec scan de chaque tomate pour calculer le mûrissement optimal. L’usage d’outils d’analyse du terrain, en amont (drones) et pendant (capteurs) la production, pour doser finement les quantités d’intrants.

Science fiction, me direz vous.

Ça se passe pourtant à l’heure où je vous parle. Un mètre carré de plants de tomates sous serre produit 70 kilos de tomates, et là je parle des sites de production obsolètes qui balancent encore l’intrant au jugé.

Au sujet de la fraicheur, et comme je sens pointer la question des valeurs en vitamines: le ketchup (au hasard, celui de chez McDo)est meilleur pour la santé que les tomates fraiches. Ainsi que meilleur pour l’économie: il est produit à partir de tomates invendables destinées à la destruction. Le système digestif humain n’est pas conçu pour extraire efficacement les nutriments d’une tomate fraiche: que son niveau de vitamine soit l’actuel ou celui de 1950, on en assimile que la dose maximale possible, qui est inférieure aux deux. Alors que transformé en ketchup, l’aliment s’assimile plus efficacement.

En fait tous ces Frankenstein de cuisine transformée, voyons voir… Ça a commencé loin, cuire ses aliments, saler, fumer sa viande, etc… Sont même jugés principaux responsables de l’émergence du cerveau humain tel qu’on le connait. Je vais encore me mettre les végans à dos.

« L’Homme n’a jamais été carnivore. Preuve ci-dessus: reproduction d’une variété de légume préhistorique » 21/02/2079, Musée du Véganisme Triomphant

Mais mais mais… La tomate bio est meilleure, pas vrai? même pas, en fait. Tous les tests sérieux (c’est à dire réalisés en double-aveugle) se sont révélés incapables de distinguer les tomates bio des autres. Pour peu bien entendu de les prendre dans les mêmes conditions: bien entendu que la tomate du jardin et celle achetée tout congelée au Leclerc n’ont pas le même gout, là aucune remise en cause.

Même là y a moyen de rire, cependant: les mêmes études ont démontrées que si on vous sert la tomate Leclerc congelée au resto en vendant ça 30 boules, elle sera plus goûteuse que du bio. Fascinant, le cerveau humain.

Qui est le plus écolo?

Eh bien l’agriculture intensive nouvelle version l’emporte haut la main: une serre dont la chaleur est réutilisée peut chauffer un quartier entier, en stockant sa chaleur emmagasinée naturellement. De même, en Hollande, le CO² industriel est désormais réutilisé en serre, où les plantes l’utilisent.

Il en va de même pour l’eau: un kilo de tomate produit en utilisant 4 à 6 litres d’eau. Et ça c’est avant même de compter la collecte et la réutilisation de l’évaporation.

La tomate bio, en face, produit une belle moyenne de 60 litres d’eau pour un kilo de tomate.

Ai-je précisé qu’un environnement contrôlé minimise l’utilisation de pesticides (ou de palliatifs bios coûteux) ?

J’hésite vraiment à parler des OGM, là. Quand un écolo français produit par sélection draconienne des tomates-hulk qui poussent en milieu aride – très belle réussite d’ailleurs – « c’est beau la nature »; quand la même chose est faite en labo « c’est dangereusement mortel ». Faudra vraiment m’expliquer ce qui ne va pas dans la tête des gens. Surtout que dans les deux exemples, le job est le même: le héros de l’écologie du début du paragraphe est… Agronome. Et bosse avec l’INRA. Savez, l’INRA, ceux qui mettaient des hublots aux vaches dans les années 60? Ben c’est le même institut officiel qui produit de nos jours les trois quarts des solutions miracles promues par les babas cool: mettre des arbres dans les champs pour augmenter le rendement, c’est d’eux. Tenter de produire du bio plus productif que de l’industriel, c’est eux qui sont sur la brèche. Etc…

Mais sous prétexte qu’ils ont fait du productivisme – et des hublots – à une époque, où, rappelons le, la malnutrition existait en France et d’ailleurs partout, c’est le Grand Satan pour 1000 générations. Bordel c’est pourtant pas compliqué: ce sont des scientifiques! Si le soucis de l’époque est de nourrir tout le monde, ils vont inventer des engrais pour produire en masse. Maintenant que le soucis est de MIEUX nourrir tout le monde, ils inventent du bio efficace: du bio… Industriel.

Note: si la seule mention du mot « industriel » vous fait penser que c’est mal, prière d’aller vous taper répétitivement la tête contre un mur, ou de consulter l’article sur les biais cognitifs.

La soutenabilité: késako

Au sens technique, est soutenable une production dont le but est d’atteindre une balance optimale entre les inputs et les outputs, en incluant desormais les effets secondaires: émissions de CO², produits chimiques… Nulle part dans cette phrase n’est précisé d’échelle de production. Ou que la technologie cémal.

Il faut comprendre que dans le passé, les débris de pomme de terre ont causés des pollutions des eaux impressionnantes, qui n’ont cessées qu’avec le traitement obligatoire des eaux utilisées. Désormais ce traitement n’est plus fait. Parce qu’on ne jette plus rien de la patate, tout simplement: les débris et fibres sont ré-utilisés. La prochaine étape sera de pouvoir réutiliser les enzymes et les oligo-éléments eux mêmes, séparément, pour économiser encore plus d’eau et d’énergie.

La tradition n’est pas le futur. L’oxymore semblait pourtant bien clair

Dans les faits, ce sont les petites exploitation ancestrales qui dégradent le plus les sols et les forêts. Et dans les faits, un nombre diminuant de fermiers vont devoir nourrir des mégapoles en croissance rapide. Oui c’est pas très romantique comme vision: c’est la réalité. On peut soit se poser des œillères et partir vivre dans la Creuse, soit agir pragmatiquement en tirant sans dogmatisme le plus efficace quelque soit l’approche. C’est à dire en inventant le bio de masse.

La petite agriculture augmente les coûts pour le consommateur, dégrade l’espace, dégrade la sécurité alimentaire: « petit » n’est ni soutenable ni beau en lui-même

On ne veut pas se l’admettre, mais le fantasme d’une société agraire et simple est essentiellement conservateur… Et irréaliste. C’est rêvasser au milieu d’un incendie. Et cela bloque l’action.

« tout ce que je tiens à dire c’est qu’c’est pas en c’temps là qu’on aurait créé le réchauffment climatique. C’ÉTAIT MIEUX AVANT »

Ce n’était pas mieux avant. Il y a 100 ans, 8 personnes sur 10 souffraient de malnutrition dans les pays les plus riches (The Growth of World Agricultural Production, Giovanni Federico) . Un fermier pouvait nourrir 20 personnes. Ce qui était déjà une amélioration énorme sachant que les famines avaient disparues.

Désormais un agriculteur équipé de moyens modernes nourrit entre 200 et 300 personnes. A trop s’alarmer de détails (ce qui est très bien, sois dit en passant), on en oublie que si on a le confort de le faire c’est parce que, pour commencer, on mange à notre faim.

Quand à la tomate, cette fameuse tomate, il y a encore 70 ans c’était une rareté en Europe du nord ou aux États Unis.

Le futur, lui, s’adapte

Le prix le plus cher payé pour tous ces succès est peut être la distance croissante entre le public et la compréhension des processus de production. Ironiquement, la génération qui a le plus bénéficié de la science est donc celle qui doute le plus de celle ci. Que voulez-vous, ça n’a rien de stupide en soi: un poisson ne se rend pas compte qu’il barbote dans l’eau.

Les leçons de Silent Spring (« Le printemps silencieux », 1962, premier best-seller de l’écologie aux Etats Unis) sont pourtant tirées. On obtient désormais des rendements supérieurs à il y a 40 ans en utilisant… dix fois moins de pesticides. Dans un système fermé (serre; ferme robotisée) ils ne sont même plus utilisés.

Les succès du passé ne doivent cependant pas faire reposer la science sur ses lauriers. Les challenges sont réels et nombreux. L’agriculture de précision (basée tant sur les techniques écologiques radicales que sur les nouvelles technologies) est en train de remplir ses objectifs.

La chose à retenir, c’est qu’il ne faut jamais confondre réalité et fantasmes. La réalité est une chose bien plus complexes que les solutions « miracles » promulguées par quelques gourous. Le fait que ces individus (qui a dit « Pierre Rabhi », qui!? qu’il se dénonce) aient des liens avec et partagent le même discours que l’extrême droite devrait suffire à vous mettre la puce à l’oreille: ils vous vendent du rêve. Leur rêve. Souvent sincèrement. D’un monde simple, cohérent, qui fasse moins peur.

Il y a dans le monde des millions de cadavres morts pour défendre – et encore plus morts à cause de – ces rêves éveillés d’un monde retourné à l’harmonie. Parce que cette vision est la même que d’autres ont eu avant. Des types qui ont ouvertement rêvé de recouvrir l’Europe de parcs nationaux et de transformer le monde slave (vidé de ses slaves) en utopie paysanne médiévale.

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Pour en savoir plus sur les tomates, cliquez ici.

Cet article est (très) librement traduit de « Splat goes the theory» (Louise O Fresco, présidente du Wageninen University and Research Centre – Pays Bas), trouvable sur ce site d’une extrême qualité. Site dont je suis fier de vous offrir des traductions, parce que la connaissance est un bien précieux dont il faut promouvoir la diffusion, tout ça tout ça.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

À mes amis vegans

Avant-propos: comme je ne suis pas vache, cet article ne contiendra peut être pas de photos choquantes.

Comme je suis honnête: éloignez les enfants.

Autant envoyer du steak direct – non je ne me calmerai pas sur les vannes non – je me nourris allègrement d’animaux morts. Dans notre jargon de psychopathes assoiffés de sauce, on nomme ça de la viande. Je l’ai toujours fait, il faut croire que j’aime le goût. Dans le but d’évacuer immédiatement l’accusation d’hypocrisie: j’ai ri devant Earthlings, je n’aurai aucun scrupule à égorger moi-même le cochon si ce n’est la peur de me salir (le sang, quelle merde en machine). Je sais ce que je mange.

Et d’ailleurs, j’ai déjà eu à tuer des animaux. Sans plaisir ni haine, juste dans le soucis (un peu paniqué la première fois) de mettre rapidement fin à leur souffrance bien visible.

D’autre part, je déteste les parcs aquatiques et autres zoos de moins de 2000km carrés, j’ai même un a priori négatif sur les gens qui prennent un chat en appartement, comme si c’était quelque chose de normal à faire subir à un chat. La corrida m’ennuie, au mieux. Et je suis pour la vachette lors des courses de vaches, parce que bordel elle a bien le droit d’en décaniller minimum quelques uns. Pour bien finir de me mettre tout le monde sans exception à dos: je trouve beaucoup de « défenseurs » des animaux hypocrites, de la WWF – créée par des chasseurs – à Brigitte Bardot – sauvons les mignons, dieu aidera les autres -. Quand aux chasseurs bordel ne me lancez pas sur les chasseurs (et lisez le n°19 de cette page). Y a pas marqué liqueur de prune dans le titre, hein.

« eh, Gégé, t’as déjà fait un chat? » « Non » « Ok il est grand temps que tu devienne un Con, mon fils, tu me fais honte à être vierge de chats »

Bref. Je suis donc un total schizophrène: mangeant les uns, larmoyant amoureusement sur les autres. Je mange aussi des carottes mais milite pour sauver les brocolis, suis abonné à cette page mais vous aime secrètement, donne des noms aux araignées qui trainent et extermine les moustiques. Fou, donc. Ou alors il y a des explications rationnelles là dessous.

Reprenons à la racine du problème

(oui je suis passé de la vanne de connivence avec les miens à la vanne offensive contre les mangeurs de racines)

Et ça va se faire très vite. Le vegetarianisme ne me cause aucun soucis. Comme à beaucoup. D’où ce besoin masochiste pour se faire haïr de nouveau d’aller plus loin dans la hype: le véganisme. Et ce n’est qu’un des nombreux points démontrant que, bien plus qu’une histoire rationnelle, il est question ici d’une croyance. Avec tous ses symptômes, sa pureté, ses rites, sa rédemption, son apocalypse (écologique), son Dieu (la Nature), ses guerres de conquête, ses martyrs, et toute cette masse d’hérétiques – à minima païens – qui refusent de Comprendre (avec un grand C comme dans côtelettes).

Parce que question rationnel, et non cette fois je résiste à parler de la moustache éblouissante de Nietzsche, il faut distinguer nature et culture. La nature (qui n’est pas une personne, damnit) est au delà du bien et du mal. Quand un phoque sodomise à mort un pingouin, ce n’est ni bien ni mal. Juste douloureux à voir.

Douloureux parce qu’en face il y a la culture. Ce lieu où résident le Bien, le Mal, et la recette des chocapics. Où l’on décide de sauver les baleines quand les îles Féroé (ou dans le coin. C’était qui?) considèrent comme un acte traditionnel de maraver des dauphins.

Les opinions culturelles sont influencées par énormément de critères subjectifs, choisis ou fruit de manipulation. On aime plus les chats que les blattes, 1) par anthropocentrisme: plus ça nous ressemble plus on a d’empathie 2) parce que les premiers viennent de passer 10000 ans à devenir avec succès le parfait commensal. Grands yeux mignons, miaulements calés sur la fréquence des cris d’un nourrisson humain, et autres fourberies.

Et dans nos sociétés de plus en plus empathiques blablabla… d’aucuns diraient « pédales de faibles », mais c’est eux aussi qui vantaient l’efficacité supérieure des fils de fermiers à tuer sans remord à Verdun, un point pour vous entre deux bouchées de carottes. Dans notre monde et-je-passe-la-description on a de plus en plus de mal avec l’idée de manger du Babe mort. C’est une évolution culturelle. Donc:

Manger de la viande ou pas est un choix moral personnel, issu de représentions culturelles. Il ne vous viendrai pas à l’esprit de faire chier un(e) homo, ou un homo+sapiens de couleur différente, etc – j’espère. On est en 2015, les gars – donc mettez vous dans le crâne qu’emmerder un chinois parce qu’il mange du chien ou votre voisin parce qu’il aime le bacon est rigoureusement la même chose, avec les mêmes racines

Bref. Montrez vous digne. Une personne qui fait le choix noble de ne plus tuer d’animal pour se nourrir peut tout à fait trouver de la place dans un coin pour comprendre le sens du mot tolérance religieuse envers les hérétiques.

Parce que sinon, se plaindre de ceux là c'est limite de l'hypocrisie, serieux

Parce que sinon, se plaindre de ceux là c’est limite de l’hypocrisie, bizarrement

Je vous vois faire « mais mais mais »

Mais l’écologie (ah?). Mais l’Homme n’est pas carnivore (tiens donc, bah ça alors). Ni un prédateur (serieux?). Mais la faim dans le monde (manger des chips bacon ou de la pelouse ne changera rien aux déterminants politiques, économiques… des famines restantes. Malheureusement). Mais le lait brr le lait (c’est terrifiant).

Parce que bien sûr, comme la distinction nature/culture est un basique, il a vite fallu trouver de faux arguments super vertueux (ou jouant au contraire sur la peur) pour perpétuer l’idée de la bienséance immanente du véganisme.

On pourrait passer du temps là dessus. Mais utiliser des arguments rationnels face à des assertions fausses voir ouvertement bidons c’est comme pisser dans un violon ou faire cramer le beafsteak: une perte de temps et de ressources. Souvenez vous juste qu’il fut une époque où le tabac donnait bonne haleine, où l’uranium était un produit de beauté, où se laver était dangereux… Avec à chaque fois de solides « preuves ». Ce n’est pas parce que votre site préféré dit que la Terre est plate (pardon, que l’Homme est herbivore) que c’est vrai.

En faisant comme un vegan, toi aussi ne garde que les preuves qui t'arrangent, et démontre que tous les Hommes sont aryens et tous les carnivores ont des moustaches blanches, grâce à ce montage im-pa-rable

En faisant comme un vegan, toi aussi ne garde que les faits qui t’arrangent, et démontre de façon sérieuse que tous les Hommes sont aryens et tous les carnivores ont des moustaches blanches, grâce à ce montage im-pa-rable

Où l’on déguste le vif du sujet

Ce que je voulais donc exprimer, une fois ces bases acquises, à mes amis mangeurs de verdure.

D’une part, merci. Ça me laisse plus de viande, et sachant que dans 50 ans on en sera réduit aux insectes, c’est un beau geste de votre part.

Ensuite: vous êtes l’avenir. Ce sera par contrainte et pas par amour du tofu, mais il est possible que la majorité de l’humanité soit bientôt des vôtres. Et enfin, c’est un choix que je respecte mais surtout qui m’impressionne. Il faut de la noblesse (et le temps de se faire de nouveaux menus) pour faire ce choix.

Moi même, dans l’idéal, j’aimerai me limiter à un-deux repas viande par semaine. Mais c’est comme la clope et l’alcool ça. J’ai donc, sous la couche de rectifications, une putain de tolérance empreinte de respect envers la différence, aussi bizarre soit elle.

Alors que ce soit réciproque. Vous n’avez même pas besoin d’inventer des arguments bidons et démontables, de vous énerver contre les moldus en prenant un air supérieur absolument haïssable et contre-productif: vous êtes en train de gagner. Et c’est bien. Perso tout ce que je voudrais, c’est que le jour où vous serez 51% vous vous souveniez de ne pas être des fascistes de la rectitude verte. Quand on entend parler d’interdire la viande ou mettre les « carnivores » en taule, votre monde parfait façon révolution culturelle donne vachement (meuh) envie.

Genre ça. Il faut vraiment que ça cesse, c'est très gênant

Genre ça. Il faut vraiment que ça cesse, c’est très gênant

Alors agissez comme des gens cools: soyez cools. Prenez exemple sur vos idoles bouddhistes: soyez zen.

Laissez moi l’invective et la viande rouge. Parce que ok, vous vivrez vieux et auto satisfaits et en bonne santé, mais moi j’veux être le papy aux idées qui font frémir ses petits enfants – biggup aux octogénaires dans ma famille pour qui le racisme est une science apprise à l’école, aussi naturel que manger de la viande l’est pour moi -. Je veux surtout me souvenir du fond de mon Alzheimer causé par les chicken nuggets que c’est super cool si un jour ça doit faire frémir mes petits enfants, la simple idée de tuer pour manger.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à suivre WBRC sur Facebook, sur Twitter, ou à vous abonner à la newsletter. Parce qu’en plus ça rime.

%d blogueurs aiment cette page :